"Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien" - Sidney A. Friedman

compétences du coachVoici les 21 compétences du Coach que les étudiant(e)s acquièrent en suivant le parcours en 3 Cycles de Formation au Coaching de COACHEO.

Les 11 premières compétences du coach, selon ICF, sont:

Etablir les fondations (cycle 1 de COACHEO)

1. Respecter les directives éthiques et les normes professionnelles.

2. Etablir le contrat de coaching : comprendre ce qui est exigé et se mettre d’accord avec le nouveau client sur les procédures et la relation de coaching.

Co-créer la relation avec le client (cycle 1 de COACHEO)

3. Construire un climat fondé sur la confiance et le respect.

4. Créer une relation spontanée avec le client par une communication ouverte, souple et rassurante.

Communiquer avec efficacité (cycle 1 et cycle 2 de COACHEO)

5. Ecouter avec attention les dits comme les non-dits et favoriser l’expression personnelle du client.

6. Poser des questions pertinentes qui permettent de révéler les informations nécessaires.

7. Pratiquer une communication directe et indirecte.

“Apprendre à apprendre” à réussir (cycle 2 et cycle 3 de COACHEO)

8. Être capable d’intégrer et d’évaluer avec précision les sources multiples d’informations et présenter des suggestions qui aident le client à atteindre les objectifs fixés.

9. Co-créer des opportunités d’apprentissage continu, pendant les séances de coaching et les situations quotidiennes, afin d’entreprendre de nouvelles actions qui génèreront le plus efficacement possible les résultats souhaités.

10. Planifier et établir des objectifs.

11. Être capable de centrer son attention sur ce qui est important pour le client et le laisser assumer la responsabilité de ses actions.

 

Compétences auxquelles COACHEO ajoute 10 compétences du coach vraiment vitales:

Maîtriser le Maketing des Coachs (cycle 3 de COACHEO)

12. Savoir identifier un marché de niche rentable et durable.

13. Obtenir de sa niche et Analyser toutes les informations utiles pour connaitre les attentes et besoins du groupe cible.

14. Se présenter de façon à susciter l’intérêt de l’interlocuteur sans se vendre comme un “marchand de tapis”.

15. Affirmer son expertise et son identité professionnelle pour se positionner comme une référence dans sa niche.

16. Choisir son modèle économique et son style de vie parmi les 5 modèles les plus connus.

17. Customiser une “session gratuite” qui attire de nouveaux clients.

18. Concevoir un tunnel de conversion pour vendre des produits complémentaires au coaching: ateliers, téléconférences, programmes de coaching, coaching clubs, site privé, ebook, webinaires…

19. Utilisez les partenariats stratégiques pour développer sa notoriété.

20. Gérer sa présence dans les médias et sur le Web.

21. Organiser son Marketing pour se créer une carrière gratifiante et lucrative.

 

Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Accédez aux Vidéos

 

stratégie marketingUne bonne stratégie marketing constitue le coeur de toute entreprise à succès. Mais comment choisir la stratégie marketing qui vous correspond le mieux?

Si vous êtes à la tête d’une petite entreprise, il y a des chances pour que vous vous soyez déjà aperçu que vos possibilités de stratégie marketing sont sans fin.

Vous pourriez:

  • mettre un encart publicitaire dans une revue locale ou nationale,
  • créer un nouveau site Internet,
  • réaliser une brochure,
  • organiser un concours, un événement,
  • collaborer à une publication,
  • avoir des stylos à votre nom,
  • rédiger des ebooks,
  • tourner des vidéos,
  • organiser des téléconférences,
  • créer un dossier de presse…

Bref, vous fourmillez d’idées.

Certains parmi vous restent d’ailleurs paralysés… Vous ne faites rien car vous ne savez pas quelle stratégie marketing choisir.

Il peut aussi vous arriver de choisir une stratégie marketing pour de mauvaises raisons, vous n’obtenez pas ainsi les résultats escomptés. Ce n’est pas parce c’est bon marché ou que vous avez eu une opportunité par une connaissance que votre activité va croître.

Autrefois j’avais un client devenu accro au marketing bon marché, comme certaines femmes peuvent être accro aux achats compulsifs. Peu importe qu’elles en aient besoin ou pas tant que le prix convient. On veut économiser de l’argent en menant des opérations de marketing “sans frais ou bon marché” qui ne donneront pas de bons résultats. J’ai aussi une cliente qui veut exploiter toutes les opportunités qui se présentent à elle. On lui propose un nouveau système de panier d’achat sur Internet et elle est prête à faire des achats.

 

Alors comment choisir les meilleures stratégies marketing pour votre entreprise ?

Au lieu de décider en fonction du prix, de la commodité de l’opération ou parce que vous avez l’habitude de le faire, vous devez penser à vos objectifs, aux résultats que vous escomptez, aux frais que vous engagez réellement et aux gains possibles.

Vous n’en êtes pas persuadé ? Essayez et utilisez la petite liste de questions ci-dessous pour vous aider à faire de meilleurs choix. A chaque fois qu’une nouvelle opportunité marketing se présente à vous, demandez-vous :

1) Est-ce que cette opération marketing est en lien avec mon client idéal et ma cible de marché ?

2) Est-ce cette opération m’aidera à atteindre mon objectif final ou le résultat escompté ?

Si vous répondez non à l’une de ces questions, arrêtez immédiatement cette opération marketing. Si vous répondez oui à ces deux questions, vous pouvez dès à présent calculer vos coûts.

 

3) Quel est l’investissement financier nécessaire à cette opération ?

4) De combien de temps ai-je besoin pour mener à bien cette opération ?

Ajoutez maintenant 1/3 de temps supplémentaire à celui estimé, puis multipliez le nombre d’heures par votre taux horaire pour calculer le coût du temps passé.

 

5) Aurai-je besoin des services d’un professionnel comme un imprimeur, un graphiste pour mener à bien ce projet ?

6) Si c’est le cas, quel en sera le coût ? Vous ne le savez pas ? Renseignez-vous et demandez des devis.

7) Est-ce que j’aurai le temps de le faire ou devrai-je y passer des nuits ? Si vous devez travailler tard, comptez le temps passé puis ajoutez-y la moitié du temps et multipliez ce temps total par votre taux horaire.

Additionnez maintenant ces coûts et posez-vous les questions suivantes…

8) Est-ce que cela rentre dans mon budget ?

9) De combien de nouveaux clients ai-je besoin pour rentrer dans mes frais (Divisez le montant total par le gain moyen apporté par chaque nouveau client) ?

10) Est-ce réalisable ?

 

Si vous avez répondu à toutes ces questions, vous devriez désormais pouvoir correctement estimer les coûts financiers réels de cette opération ainsi que le retour sur investissement (ROI). Vous savez maintenant si cette opération vaut la peine d’être menée ou non.

Ne prenez jamais une décision marketing en tenant compte uniquement du coût ou de la commodité de l’opération. Car après tout, qu’est-ce qui coûte le plus cher : une campagne à 5.000 euros qui vous rapporte 20 nouveaux clients qui dépensent chacun 300 euros (profit net de 1 000 euros) ou une publicité « gratuite » qui vous coûte 800 euros et qui ne vous apporte aucun client ?

Vous seul décidez de la bonne stratégie marketing.

 

Et vous, comment vous y prenez-vous pour élaborer votre stratégie marketing?

 

stratégies publicitairesDernièrement, il est apparu que la plupart des chefs d’entreprise sont à la recherché d’une « arme secrète » publicitaire censée faire exploser leurs ventes et grandir leur entreprise. D’ailleurs, un grand nombre de personnes cherchent à leur en vendre une.

Malheureusement, n’envisager vos publicités que d’un point de vue tactique et essayer une stratégie ou une autre fera plus de mal que de bien… Dans ce cas, vous comptez entièrement sur la chance !

Cela revient à fourrer de la monnaie dans une machine à sous et à la rejouer encore et encore en espérant gagner quelque argent. Malheureusement, il est peut probable que les clients abondent à votre porte après un essai.

De plus, diriger une entreprise ce n’est pas comme jouer à une machine à sous. On ne peut pas se permettre de compter sur la chance.

À la place, vous avez besoin d’un plan spécifique et de stratégies pour que demain, votre entreprise soit plus grande qu’aujourd’hui. Vous devez pouvoir suivre vos résultats à la trace. C’est ainsi que vous pourrez continuer à améliorer vos efforts publicitaires.

En ne suivant pas ces conseils, dans le meilleur des cas, vous finirez par faire deux fois plus de travail pour obtenir un résultat moitié moins bon, ou dans le pire, votre entreprise va s’étioler et grandir trop lentement pour que puissiez atteindre les buts personnels et financiers que vous vous étiez fixé. Vous vous en souvenez ? Vous en aviez quelques-uns quand vous avez lancé votre affaire, non ?). En fin de compte…

Même les meilleures tactiques publicitaires ne pourront pas faire des miracles et faire grandir votre entreprise sauf si elles font partie d’une plus grande stratégie. Pour obtenir des résultats, vous devez exploiter de manière stratégique chaque élément marketing en un tout pour créer ce que j’appelle la « Masse Publicitaire Critique ».

C’est quand vos clients potentiels entendent votre nom et votre message si souvent, que votre publicité prend toute son ampleur. Très vite, la moitié des gens que vous rencontrez auront déjà entendu parler de vous. Et ceux qui ne vous connaissent pas encore comprendront rapidement qui vous êtes, ce que vous faites et pourquoi ils devraient acheter vos produits et pas ceux de votre concurrent.

Plutôt tentant non? Alors c’est que vous êtes près à laisser tomber les machines à sous et le gaspillage de votre argent pour financer vos différentes tactiques de publicité et de marketing, en espérant que la chance vous apporte des clients.

Cela veut également dire qu’il est temps de vous organisez un peu.

À fin de choisir les meilleures tactiques de marketing pour votre entreprise, vous devez connaître et prendre certaines choses en considération: le marché que vous visez, les buts de votre entreprise et des ventes, votre marque, la position du marché et la PUV (la Proposition Unique de Vente, USP en anglais, ou, la raison pour laquelle les clients devraient acheter chez vous), vos atouts et vos compétences et, enfin, le budget disponible par rapport aux possibles retours sur investissement.

Ça peut avoir l’air d’une tâche difficile, mais si vous avez déjà un plan de marketing ou d’affaire, vous devriez en connaître un rayon sur ces détails. Si ce n’est pas le cas, il est grand temps de commencer.

Une fois les détails réglés, vous n’avez plus qu’à appliquer la diligence requise pour vous assurez que votre publicité fera la bonne impression (renforcer votre marque) sur les bonnes personnes (les clients que vous visez).

Ensuite, il convient de faire quelques calculs pour être sûr que le plan que vous avez choisi rapportera plus d’argent qu’il n’a couté.

Bien sûr, même les meilleures stratégies marketing ne porteront pas leur fruit si elles sont mal rédigées. Ainsi, ne faites pas l’erreur de croire qu’il vous suffit de vous asseoir et d’écrire un slogan publicitaire, une lettre de commerce ou un site Web qui rapportent.

Soit vous devez apprendre l’art de la rédaction par vous-même soit vous devez engagez un concepteur-rédacteur qui fera le travail pour vous. Alors seulement, vous pourrez avoir foi en votre réussite.

 

Et vous, qu’en pensez-vous? Quelles sont vos stratégies publicitaires d’entreprise?

 

Termes de Recherche:

tactique marketingIl y a quelque temps, j’ai travaillé avec la propriétaire d’une petite entreprise qui entretenait une liaison amoureuse avec le marketing et la publicité de type « gratuit ou pas cher ».

De la même manière qu’une personne accro aux coupons de réductions, si ce n’était pas « gratuit ou pas cher », on ne l’y prenait pas. Et si ça l’était, vous pouvez parier qu’elle saisirait sa chance, peu importe l’opportunité.

Elle ne pouvait simplement pas s’en empêcher.

Elle a fait sa publicité sur un banc de cours de tennis pour la simple raison que cela ne coûtait que 150€. Elle avait une rubrique « gratuite » et une publicité dans le journal local d’une association parce que cela ne revenait qu’à 40€ par mois. Elle a assemblé un paquet pour qu’il soit distribué par quelqu’un d’autre à leurs clients car c’était « gratuit ».

Son objectif en faisant tout ça était de gagner de nouveaux clients immédiatement.

Vous comprenez, elle venait de lancer une nouvelle petite entreprise et avait un besoin urgent de clients. En outre, elle ne pensait pas pouvoir se permettre de faire quoi que ce soit d’autre. Résultat, elle a fini par dépenser des milliers d’euros sur de mauvaises idées.

Comment ça se fait ?

Et bien, le graphisme et la rédaction publicitaire pour le banc coûtait de l’argent. De plus, une publicité sur un banc fait plus slogan, du genre de toutes les pubs McDonalds ou Coca-Cola que vous pouvez voir. Ce n’était pas le type de marketing qui pousse quelqu’un à agir directement. Et donc, si elle avait besoin de nouveaux clients dans l’immédiat, le banc ne ferait probablement pas l’affaire.

Concernant la rubrique gratuite et la pub à 40€, et bien… Elle n’était pas écrivain. Elle dépensait donc quelque 150€ par mois pour que quelqu’un d’autre la rédige à sa place. En outre, elle payait pour la rédaction publicitaire et le graphisme de la publicité.

L’idée n’est pas mauvaise, si vous cherchez à gagner en notoriété et à bâtir une réputation d’expert avec le temps. Malheureusement, elle n’a pas vérifié le tirage du journal, ni où il était distribué et encore moins quel public était visé. Elle s’est ainsi retrouvée à promouvoir son entreprise à des personnes qui n’achèteraient jamais ce qu’elle vendait.

Le paquet était la meilleure chance d’attirer de nouveaux clients car il incluait une offre spéciale limitée dans le temps. Mais c’était loin d’être gratuit. Elle devait toujours payer la rédaction publicitaire, le graphisme, l’impression et les coûts du matériel. En plus, elle devait encore plier et assembler le paquet (il était assez sophistiqué). Au final, elle dépensait facilement plus de 750€ par mois pour du marketing et de la publicité « gratuit ou pas cher ».

Et vous savez le plus triste ? Rien de tout cela ne fonctionnait.

Et ce, parce qu’elle choisissait ses stratégies en se basant uniquement sur les coûts de départ sans chercher à savoir si celles-ci étaient adaptées à son entreprise ou si elles toucheraient son public cible. Ou si elle avait réellement le temps de les mener à bien. Et certainement pas si ces tactiques l’aideraient à atteindre son objectif principal : attirer rapidement de nouveaux clients.

Morale de l’histoire? Il n’existe pas de « publicité gratuite », et même la publicité bon marché ne l’est généralement pas.  Ne fondez donc pas vos décisions en matière de marketing et de publicité uniquement sur le coût de base.

Pour élaborer une bonne stratégie de commercialisation, vous devez réfléchir à vos objectifs, aux coûts réels et aux gains potentiels ou encore au retour sur l’investissement de chaque tactique.

Pas certain de savoir comment faire ? Essayez d’utiliser la liste de questions ci-dessous pour vous aider à prendre vos décisions.

 

1) Cette tactique me permettra-t-elle de me trouver face à mon client idéal ou mon public visé ?

 

 2) Cette tactique m’aidera-t-elle à atteindre mon objectif final ou le résultat voulu?

Si vous répondez par la négative à l’une de ces deux premières questions, arrêtez-vous là et laissez passer l’opportunité. Si vous avez répondu « oui » aux deux, alors il est temps d’évaluer le coût réel.

 

3) Quel est le coût de départ?

 

4) Combien de temps sera nécessaire pour tout mettre au point? 

À présent, ajoutez 1/3 de temps en plus à celui que vous estimez avoir besoin, ensuite multiplies le nombre d’heures par votre horaire pour calculer votre coût en heures.

 

5) Aurai-je besoin de recourir à des services professionnels tels que graphisme, impression ou rédaction publicitaire pour achever mon projet?

 

6) Si c’est le cas, combien cela coûtera-t-il pour que mon projet soit fini à la date prévue? Vous n’en êtes pas sur? Renseignez-vous et obtenez des estimations.

 

7) Ai-je le temps de le faire correctement, ou devrai-je passer une nuit blanche pour tout terminer?

Si vous devez travailler tard, comptez-le une fois et demie et multipliez ce temps par votre horaire.

Maintenant comptabilisez tous ces coûts et demandez-vous…

 

8) Est-ce que cela correspond à mon budget ?

 

9) De combien de nouveaux clients aurai-je besoin pour rentabiliser l’investissement ? (Divisez le coût total par le revenu moyen généré par un nouveau client).

 

10) Est-ce seulement possible, ou probable ?

 

À présent vous devriez avoir une idée assez précise des coûts réels de votre opportunité. Et je parie que c’est plus que ce à quoi vous pensiez quand cette publicité « gratuite ou pas chère », ce stand commercial, ou encore cette opportunité marketing ont pour la première fois croisé votre chemin.

Ce qui importe c’est que… vous ne devez jamais prendre de décision marketing en ne vous basant que sur le coût.

Après tout, qu’est-ce qui revient le plus cher : une campagne à 4000€ qui rapporte 20 nouveaux clients dépensant chacun 250€ (profit net de 1000€), ou une publicité « gratuite » qui vous coûte réellement 600€ mais ne vous rapporte aucun client ?

À vous de décider…

 

On a tous entendu l’expression clinique « TOC » (« Trouble Obsessionnel Compulsif », que Wikipedia explique : « Le trouble obsessionnel compulsif (abrégé TOC) est un trouble anxieux caractérisé par l’apparition récurrente de pensées intrusives liées ou non à une phobie. »)

Cependant, et si je vous disais que l’Obsession peut être bonne pour votre santé et votre portefeuille!?

C’est le cas, et voici pourquoi. (Je vous dirai « comment » plus loin).

Vous avez déjà eu une chanson en tête, et ensuite vous entrez dans un magasin et cette musique passe? Ou une pensée qui ne veut pas vous quitter, et vous vous réveillez le matin et elle est encore là, et vous vous demandez ce qui se passe?

Je suis là pour vous rassurer, vous n’êtes pas fou, vous êtes brillant mais vous ne le savez pas encore. Vous avez simplement une passion qui se montre continuellement, sous la forme d’une musique ou d’une pensée, et votre subconscient veut à tout prix que vous agissiez!

L’une de vos nombreuses passions apparaît et essaye de vous dire « Fais quelque chose avec moi, je meurs d’envie de m’exprimer! ». Et puisque l’action passionnée vous permet de gagner de l’argent, de montrer qui vous êtes, avec qui vous travaillez, voilà pourquoi l’obsession est extrêmement bonne pour vous. Oui, votre passion devient obsessionnelle, vous devez absolument agir, et c’est ça qui vous aide dans la vie.

Magnifique, n’est-ce pas?

Plus vous vous passionnez pour quelque chose, plus vous serez obsédé de savoir ce que vous aimez faire, pourquoi, pour qui, avec qui. Les résultats seront visibles. Imaginez que vous vouliez à tout prix accomplir un rêve, que vous soyez totalement concentré, obsédé à l’idée d’y arriver? Vous créerez alors un véritable chef d’œuvre! Donc, vous voyez, votre obsession « saine », c’est à dire votre passion obsédée de s’exprimer, vous mènera à une affaire et à une vie parfaites, non pas par défaut, mais parce que vous l’avez  voulu.

 

Six étapes faciles pour arriver à une « obsession saine »:

 1. Trouvez les situations qui vous encouragent à agir sous une impulsion, sans raison. Demandez-vous: Pourquoi je veux faire ça? Permettez à la passion de se montrer en vous dévoilant les « pourquoi » et les « quoi ».

 

2. Prêtez attention aux idées qui semblent venir de nulle part, car vous savez au fond qu’elles sont géniales et que vous pourrez en faire quelque chose de super.

 

3. Écrivez-les. Je sais que ça semble simpliste, mais je veux que vous soyez sûr de les capturer, que vous ne les laisserez pas partir. Tout ce qui n’est pas couché sur papier a de grands risques de ne pas se réaliser.

 

4. Ayez un calendrier « passion-obsession ». Gardez des traces de tout ce que vous avez accompli en rapport avec vos passions ou vos obsessions. Vous voyez, il ne s’agit plus seulement d’une carte au trésor, mais carrément d’un trésor. Et vous multiplierez votre fortune grâce aux bons outils et aux bonnes personnes. Utilisez le calendrier comme un guide pour agir. Croyez-moi, ça marche incroyablement bien.

 

5. Écoutez bien ce que vos passions vous disent. Faites leur honneur en comprenant qu’elles sont saines pour vous, qu’il est bon de les laisser s’exprimer, parce qu’elles ont votre intérêt à cœur, tout comme  VOUS!

 

6. Engagez un coach, un mentor, un conseiller en qui vous avez confiance pour vous aider à transformer vos passions en une réalité financièrement valorisante. Il est temps d’agir. Quand vous le ferez, votre portefeuille grossira comme jamais auparavant, et tous vos efforts seront grandement et rapidement récompensés. Nous sommes la génération du MAINTENANT!

 

Quelles sont vos obsessions professionnelles?

 

rester en contact avec ses clientsIl y a une règle très simple qui régit le succès de votre affaire: si vous ne restez pas en contact avec vos clients assez régulièrement, ils vont oublier qui vous êtes et en quoi vos produits sont si merveilleux. Une bonne façon de perdre des clients… Et de l’argent!

Laissez-moi vous donner un exemple…

Il y a un moment, je travaillais avec un client qui voulait déplacer sa liste d’e-mails vers un nouveau service de distribution de newsletters. Alors, déjà, déplacer une liste est EXTRÊMEMENT difficile. Il faut une grande coordination et de nombreuses étapes sont nécessaires pour s’assurer que tous ceux qui suivaient vos courriers continueront de les recevoir.

Même si vous le faites correctement – et donnez une bonne raison à vos clients de bouger et de se réinscrire sur votre nouvelle liste – vous allez probablement perdre environ 50% d’entre eux pour plusieurs raisons.

Imaginez ma surprise quand je me suis aperçu que moins de 20% des personnes qui figuraient sur la liste de mon client s’étaient inscrit sur la nouvelle liste! Au début, je ne comprenais pas ce que j’avais fait comme erreur. Ensuite j’ai fait une découverte intéressante… Comme mon client détestait son site et ne voulait pas que ses clients le visitent, il n’avait plus envoyé d’e-mails depuis plus de 6 mois!

C’était sans aucun doute une erreur mortelle!! Pensez-y un peu…

Mon client n’avait plus parlé à personne de sa liste depuis 6 mois, à moins que certains d’entre eux passent à son bureau. Donc, quand on a commencé à leur envoyer des mails pour leur demander de se réinscrire, la plupart des inscrits ne savaient probablement même plus de qui venait le mail. Et même s’ils s’en souvenaient, ils ne se souvenaient par contre plus pourquoi ils voulaient recevoir des mails de lui à l’origine!

Sans compter que, de nos jours, presque tout le monde a une boite mail surchargée, il n’y avait donc aucune raison pour qu’ils aient envie d’ouvrir ce mail d’une personne « inconnue »… Et encore moins de s’inscrire à sa newsletter. S’il avait continué à envoyer des mails régulièrement, ça ne serait pas arrivé.

Quelques mois plus tard j’ai rencontré le même problème, mais avec un courrier direct.

Comme mon client avait commencé à proposer un nouveau service super, on a commencé à envoyer des lettres à tous ses prospects actifs. Même si notre timing n’était pas le meilleur – les lettres ont été envoyées juste quand la crise économique s’étalait dans les journaux – on a eu 2% de réponses et aucune plainte.

Deux mois plus tard, on a envoyé les mêmes lettres à tous les patients inactifs, qu’il n’avait plus vus depuis un ou deux ans. Je n’ai pas été surpris de la réaction assez négative: au moins 10% des personnes qu’on avait contactées nous ont contactés pour demander à être enlevées de la liste!

Même promotion pourtant, mais une grosse différence…

Comme le deuxième groupe n’avait plus entendu parler de mon client depuis plus d’un an, ils n’étaient plus intéressés par ce qu’il avait à dire.

S’il avait donné régulièrement de ses nouvelles, ça ne serait pas arrivé. Je peux le dire avec certitude grâce à la réaction positive du premier groupe, avec qui mon client était resté en contact.

Désormais, ça ne se reproduira plus car nous avons commencé à envoyer une newsletter imprimée tous les mois. Mais il n’y a pas de doute: il a perdu beaucoup de clients dans cette histoire!

 

Que pouvez-vous faire pour rester en contact avec vos clients sans braquer la banque?

1) Créez un ezine.  Envoyez par mail une newsletter remplie d’informations utiles et engagez-vous à l’envoyer régulièrement. Au minimum tous les mois, mieux encore une fois toutes les deux semaines ou, le top du top: toutes les semaines.

2) Envoyez des cartes de félicitations inattendues. Bien sûr, une carte pendant les fêtes de fin d’année c’est le minimum. Mais ce n’est qu’une fois par an. Essayez d’envoyer des cartes lors d’occasions moins importantes comme la fête nationale, la saint valentin, etc. Ou même simplement pour le fun.

3) Décrochez le téléphone.  Je m’arrange pour téléphoner à mes clients au moins deux fois par an. Essayez, juste un petit coup de fil pour savoir comment ils vont, sans parler affaires. Ils seront agréablement surpris.

4) Faites des cadeaux.  J’adore envoyer des livres. Mais si c’est trop cher, vous pouvez toujours créer des rapports, des listes, des vidéos ou des feuilles de compte à télécharger gratuitement sur votre site.

5) Envoyez une newsletter imprimée.  Bien sûr, le prix de la poste continue d’augmenter. Mais c’est plus agréable que d’envahir les boites de réception de vos clients… Et de grandes cartes postales imprimées avec un article sont plus abordables qu’il n’y parait.

 

Quoi que vous décidiez de faire, soyez constant! Comme je l’ai dit au début, la clé, c’est d’être constant. Donc n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. Et si nécessaire, déléguez afin d’arriver au bout de vos tâches.

 

Avez-vous installé une newsletter sur votre blog? Comment vous y prenez vous pour rester en contact avec prospects et clients?

 

 

clés du succès en affairesNous voulons tous réussir et la peur de l’échec est souvent la force qui nous pousse à agir. Nous travaillons de longues heures, sacrifions notre vie personnelle et même notre sommeil. Nous nous lançons de tout cœur dans ce que nous voulons accomplir, pour finalement nous apercevoir que nous tournons en rond.

On pense qu’on accomplit des choses, parce qu’à la fin de la journée on a barré tout ce qu’on avait noté sur sa liste; mais au final, s’est-on vraiment rapproché de ses objectifs? En fait, pour la plupart, on fait beaucoup pendant la journée, mais on peut difficilement le prouver.

Votre succès dépend uniquement de ce que vous faites et de comment vous le faites. Si vous ne vous rapprochez pas de vos objectifs, c’est que vous ne faites pas ce qu’il faut.

La bonne nouvelle, c’est que pour bien faire les choses, il suffit de quelques changements simples. Il n’y a que deux manières de faire les choses; l’une mène au succès, l’autre vous fait stagner. Il n’y a pas de juste milieu. Pour bien faire les choses, il faut agir de manière à soutenir vos progrès et votre succès. Si vous avez l’impression de tourner en rond, c’est probablement le cas. Vous avez peut-être accompli des choses, mais vous sabotez votre succès. Vous finissez par travailler deux fois plus tout en restant au même niveau.

Faire les choses comme il faut vous évitera de tourner en rond, vous aurez plus de temps, vous ferez moins d’efforts, bref vous serez moins frustré et vous vous rapprocherez de vos objectifs. Tout simplement parce que le succès repose sur un principe: il exige des actions réussies.

 

1. Organisez votre temps pour travailler au mieux
Le succès repose sur une bonne gestion du temps. Que vous soyez cadre ou patron, vous devez optimiser vos performances. L’univers ne peut vous aider que dans la mesure de vos limites, même si vous voulez travailler plus,  il n’y a pas moyen de rajouter des heures dans la journée: il faut mieux gérer votre temps.

Établissez ce que vous devez faire, ce que vous pouvez déléguer et ce que vous pouvez reporter. Puisque vous ne pouvez pas rallonger vos journées, concentrez-vous sur vos activités les plus utiles. En d’autres mots, ne faites que ce qui vous permettra d’atteindre vos objectifs plus vite. Faites ces choses en priorité, mettez-les dans votre calendrier. Vous réaliserez très vite que vous n’avez pas de temps à perdre avec des activités qui ne vous rapprochent pas de vos objectifs.

 

2. Agissez en pensant au résultat final
Garder votre objectif à l’esprit vous permettra de l’atteindre plus vite. Souvenez-vous, faire ce qu’il faut implique que vous agissiez en soutenant vos objectifs. Par exemple, regarder la télé pendant 5 heures ne vous aidera pas à réussir. Vous devez apprendre à faire ce que vous ne voulez pas forcément faire, si ça peut vous aider à aller là où vous voulez.
Gardez une liste des choses à faire dans la journée, et faites-les en priorité. Barrez de la liste ce que vous avez fini. Cela vous permettra de vous concentrer sur vos activités utiles, au lieu de ne faire que les plus faciles.

 

3. Agissez en totale honnêteté
Ce n’est pas toujours facile de faire ce que vous dites et de dire ce que vous faites. Mais il n’y a pas de détours à faire, ne pas agir en totale honnêteté sabotera votre succès. La vérité n’est pas toujours facile à dire, mais c’est la vérité!

 

4. Agissez dans l’intérêt de toutes les personnes impliquées
Pour atteindre vos objectifs, vous ne devez pas marcher sur les gens ; en fait, c’est plutôt le contraire. C’est le principe de la réciprocité: ce que vous faites revient vers vous. Si vous faites bien les choses, c’est-à-dire si vous agissez toujours dans l’intérêt de toutes les personnes impliquées, vous en tirerez des avantages. Tout ce que vous faites produit des conséquences, et le succès à long terme n’est possible qu’en agissant selon cette loi.

Napoleon Hill explore en profondeur le pouvoir de cette loi dans son livre, Pensez et devenez riche.

 

Termes de Recherche:

vendre son entrepriseRécemment, j’ai visité deux petites entreprises dans lesquelles les patrons m’ont expliqué qu’ils comptaient exploiter leur affaire pendant encore quatre ou cinq ans, pour ensuite la vendre et se retirer de l’entreprise.

Cependant, après un examen plus approfondi, il devint évident que ces entreprises ne pourraient pas rester en place plus de quelques jours sans leur patron ; il n’y avait pas de processus mis en place pour les rendre auto-suffisantes. Sans les patrons, il n’y aurait que des actifs à vendre.

Les deux affaires valent probablement entre 450 et 500.000 euros. Mais puisque les patrons les évaluent plutôt à 2 millions chacune, c’est à dire 4 fois plus, ils se retrouvent face à un énorme fossé et le réveil est difficile.

Nous commençons à en discuter un peu plus, et il devient alors évident que les propriétaires ont passé beaucoup de temps sur leur affaire. Pour cette raison, ils trouvent tout naturel que ce soit à eux de prendre toutes les décisions.

En fait, ce comportement intensifie le problème – les employés réalisent qu’il n’y a pas d’intérêt à donner leur avis, ils cessent donc de réfléchir et se reposent entièrement sur le patron. Il n’y a plus moyen de déléguer.

Même si c’est parfois difficile de déléguer des tâches dans une petite entreprise, cela doit être fait si vous désirez que votre entreprise fonctionne sans vous.

En tant que patron, demandez vous:

  • Dois-je vraiment prendre toutes les décisions?
  • Que pourrais-je déléguer?
  • Que pourrais-je déléguer si je forme mes employés dans ce sens?
  • Quelles procédures puis-je mettre en place pour ne pas perdre le contrôle?
  • Que faut-il absolument que je fasse personnellement et que personne d’autre ne peut faire à ma place?
  • Quand puis-je introduire un gestionnaire pour prendre mes responsabilités à ma place, afin de pouvoir vendre ma société?

La manière dont vous répondrez à ces questions déterminera si vous pouvez vendre votre entreprise dans un but de continuité ou seulement comme un ensemble d’actifs. Le potentiel de création ou de destruction de valeur peut être significatif.  Pensez aux entreprises dont je vous ai parlé, qui sont passées de 2 millions à 450-500.000 euros!

S’il vous plait, investissez dans votre avenir en vous assurant d’avoir mis en place les bonnes stratégies opérationnelles, de succession et de sortie. Dans le cas contraire, vous prenez un risque trop grand.