"Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien" - Sidney A. Friedman

loi attractionY a-t-il une loi de l’attraction humaine?

« Les opposés s’attirent » est une loi de l’attraction, du moins lorsque on parle d’électromagnétisme. Mais y a-t-il des lois pour l’attraction entre deux personnes? « Dans un monde qui est plein d’étrangers » comme dit une chanson célèbre des années 1980, existe-t-il un ensemble de règles claires qui permettent à deux personnes de tomber l’une sur l’autre?

L’attraction est-elle une question de chimie?

Peut-être. Selon les scientifiques, l’attraction entre les animaux du sexe opposé n’est qu’une question de substances chimiques appelées phéromones. L’effet des phéromones dans le comportement des insectes est le plus étudié à ce jour. Il a été observé, du moins dans certaines expériences, que les phéromones sont responsables de la communication entre les mêmes espèces et dans les colonies de fourmis. L’horrible odeur dégagée par les mouffettes pour conjurer les ennemis est une sorte de phéromone. Certaines espèces de singes frottent de l’urine contenant des phéromones sur les pieds de partenaires potentiels pour les attirer.

Certains scientifiques croient que les animaux (généralement les femelles) tels que les insectes et les mammifères envoient ces signaux chimiques pour dire aux mâles de leur espèce que leurs gènes sont différents des leurs. Cette diversité génétique est importante dans la production de la progéniture avec de meilleures chances de survie. L’industrie du parfum a misé sur les phéromones comme un moyen d’attirer le sexe opposé. Les animaux tels que la baleine et le cerf porte-musc ont été pourchassés pour ces produits chimiques.

Les scientifiques se penchent même sur l’existence de phéromones humaines et sur leur rôle dans le choix du partenaire. J’aime à croire que j’ai choisi ma femme pour autre chose que sa bonne odeur ;-). Bref, il existe de nombreux points de vue contradictoires dans le domaine de la biologie, la chimie, la génétique et la psychologie. Certains scientifiques affirment que ces substances n’existent pas ou, si elles existent, qu’elles ne jouent pas de rôle dans l’attraction sexuelle entre un homme et une femme. Mais de nouvelles recherches telles que celle menée par des chercheurs suisses de l’Université de Berne dirigée par Klaus Wedekind sont en train de lentement forcer ces scientifiques à repenser leur position. Leur expérience a consisté à faire renifler à des femmes les chemises en coton d’hommes à différents moments au cours de leur période d’ovulation. Il a été constaté que les femmes préfèrent l’odeur de chemises des hommes qui étaient génétiquement différents, mais qui avaient tout de même des similitudes avec leurs propres gènes. Ceci, comme dans le cas des insectes et d’autres mammifères, a pour but d’assurer des caractéristiques meilleures et plus saines pour leurs futurs enfants. Mais les chercheurs ont également mis en garde que la préférence pour une odeur mâle est affectée par la période d’ovulation des femmes, la nourriture que les hommes mangent, les parfums et autres produits parfumés pour le corps et l’utilisation de pilules contraceptives.

 

La personnalité joue-t-elle un rôle dans l’attraction sexuelle?

Oui, mais également votre perception de la personnalité d’un partenaire potentiel. Selon une étude menée par Klohnen en 2003 sur l’attraction interpersonnelle et la personnalité, le sens d’une personne de l’auto-sécurité et la perception de la personne de son/sa partenaire se sont révélés déterminants dans d’hypothétiques situations.

Qu’est-ce que cela nous apprend?

Nous préférons un certain type de personnalité, ce qui nous attire chez une personne. Mais à côté de la personnalité réelle de la personne, qui ne peut être vérifiée par une interaction étroite à travers le temps, il y a votre perception du partenaire potentiel qui vous attire, que la personne ait vraiment ce genre de personnalité ou pas. Cela pourrait sans doute expliquer une déclaration entendue de la part des hommes et des femmes sur leurs relations échouées: « Je pensais qu’il/elle était différent. »

 

Donc, quel rôle l’attraction joue-t-elle dans les relations?

Vous avez probablement entendu dire que l’attraction est un prélude ou un facteur vers une relation. Très probablement, au moins au début, mais l’attraction seule ne peut pas faire fonctionner une relation. C’est l’attraction qui vous fait remarquer une personne du sexe opposé, mais une fois que vous apprenez à connaître la personne, l’attraction n’est qu’une partie. Des valeurs partagées, des rêves et des passions deviennent plus important pour les relations à long terme. (Ouf! Nous ne sommes pas que des bêtes ;-))

 

Donc, dois-je arrêter d’essayer d’être attirant?

Au lieu d’essayer de devenir physiquement attirant, travaillez sur tous les aspects de votre être: physique, émotionnel, mental et spirituel. L’attirance physique est toujours un précurseur. Rappelez-vous, la biologie nous prédispose à choisir le partenaire avec les gènes les plus sains.

Quand vos émotions sont concernées, il suffit de vous demander cela: voudriez-vous passer du temps avec une personne qui se sent en insécurité? Probablement pas! Il y a une sagesse dans la connaissance de soi: qui vous êtes, vos croyances, vos valeurs et vos rêves. Et ne prétendez pas être quelqu’un que vous n’êtes pas. Tromper une autre personne en lui faisant croire que vous partagez les mêmes valeurs et les croyances ne va vous causer que des déceptions. Lorsque vous êtes en bonne santé dans tous les aspects, l’attirance devient une conséquence et non une fin.

Comme mentionné dans la recherche de Klohnen, l’impression de sécurité compte, peut-être même au-delà de l’attraction. Mais rappelez-vous: faites ces choses pour vous-même et non pour d’autres personnes. C’est seulement alors que vous tirerez vraiment parti de votre pouvoir de séduction en tant que personne.

 

Termes de Recherche:

OptimisteAimez votre vie: changez le point de vue du pessimiste en devenant optimiste

Etes-vous pessimiste ou optimiste? Si vous êtes classé deuxième à un concours d’écriture, vous sautez de joie et espérez de meilleurs résultats pour la prochaine fois ou vous vous découragez et trouvez une excuse pour ne pas recommencer?

Dans la vie, il y a toujours des choix. Vous pouvez choisir d’avoir une vue pessimiste et de vivre une vie de défaite ou vous pouvez décider de prendre la route de l’optimisme et d’avoir une vie stimulante et enrichissante.

« Deux hommes regardent par la même fenêtre: l’un voit la boue, l’autre les étoiles. » de Frederick Langbridge 

Alors, pourquoi entretenir un point de vue optimiste? Et pourquoi maintenant?

Eh bien, l’optimisme est lié à une humeur positive et à un bon moral; au niveau universitaire, sportif, militaire, à la réussite professionnelle et politique; à la popularité; à une bonne santé et même à une longue durée de vie et à l’absence de traumatisme.

D’un autre côté, les taux de dépression et le pessimisme n’ont jamais été aussi élevés. Ils affectent les adultes d’âge moyen autant que les jeunes. L’âge moyen d’apparition de la dépression est passé de 30 à 15 ans. Ce n’est plus le trouble d’une femme au foyer d’âge moyen, mais également celui d’un adolescent.

Les recherches étayent pourquoi ça paye vraiment d’être optimiste. Voici comment les optimistes agissent:

1. Les optimistes s’attendent au meilleur

La caractéristique principale des pessimistes, c’est qu’ils ont tendance à croire que les événements négatifs, qui dureront longtemps et saperont tout ce qu’ils font, sont de leur faute.

Le fait est que les optimistes sont confrontés exactement aux mêmes coups durs en ce bas monde. Ce qui diffère, c’est leur manière d’expliquer leur malheur en faisant le le chemin inverse. Ils ont tendance à croire que la défaite est juste un revers temporaire, que ce n’est qu’un cas unique.

Les « optimistes » ont tendance à se concentrer et à s’organiser pour faire disparaitre le problème. Ils utilisent la « réinterprétation positive ». En d’autres termes, ils réinterprètent une expérience négative d’une manière qui les aide à apprendre et à grandir. Ces personnes sont imperturbables dans les mauvaises situations, ils perçoivent que c’est un défi et essayent de le régler.

Ils ne diront pas « les choses ne s’amélioreront jamais », « Ssi je n’ai pas réussi une fois, ça se produira de nouveau » ou « si je suis malheureux dans une partie de ma vie, alors je le serai dans toute ma vie ».

Les attentes positives des optimistes prédisent aussi de meilleures réactions lors de transitions vers de nouveaux environnements, lors de tragédies soudaines ou d’événements improbables. S’ils tombent, ils se relèveront. Ils voient des opportunités au lieu de voir des obstacles.

2. Les gens réagissent positivement avec les optimistes

Les optimistes sont proactifs et moins dépendants des autres pour leur bonheur. Ils n’éprouvent  pas le besoin de contrôler ou de manipuler les gens. En général, ils attirent les gens vers eux. Leur point de vue optimiste du monde peut être contagieux et influencer leurs proches.

L’optimisme semble un trait socialement souhaitable dans toutes les communautés. Les optimistes sont généralement acceptés, tandis que ceux qui répandent la morosité, la panique et l’hystérie sont traités de manière défavorable.

Dans la vie, ces gens gagnent souvent les élections; ils sont considérés comme plus agréable et on attend d’eux qu’ils nous donnent des conseils.

3. Lorsque les choses se corsent, les optimistes se corsent.

Les optimistes maintiennent généralement des niveaux plus élevés de bien-être pendant les périodes de stress que les autres. En revanche, les pessimistes sont susceptibles de réagir à des événements stressants en niant qu’ils existent ou en évitant de faire face aux problèmes. Les pessimistes sont plus susceptibles de cesser d’essayer en cas de difficultés.

Les optimistes persévèrent. Ils n’abandonnent pas tout simplement, ils sont également connus pour leur patience. Ils ont leur façon de se rapprocher de cet objectif ou de ce rêve soi-disant insaisissable.

4. Les optimistes sont en meilleure santé et vivent plus longtemps.

La recherche médicale a montré que des plaisirs simples et une perspective positive peuvent entraîner une augmentation mesurable de la capacité du corps à combattre la maladie.

La santé des optimistes est exceptionnellement bonne. Ils vieillissent bien, ne souffrent pas autant que la plupart des gens de tous les maux physiques habituels de l’âge mûr. Et ils vivent plus longtemps que ceux sujets à des pensées négatives.

 

Ni optimiste, ni pessimiste. Devenez plutôt un opti-pessimiste

Bien entendu tout est une question de dosage, personne n’est optimiste ou pessimiste à 100% et la plupart d’entre nous sont des opti-pessimistes. Pourtant, notre tendance à envisager la Vie sous un angle positif ou négatif détermine en grande partie notre capacité à être heureux ou malheureux. Pour ma part, j’aime bien la façon dont P. Gabilliet décrit les quatre combinaisons possibles:

  1. À la fois optimiste de but (on y arrivera) et optimiste de chemin (et ça sera facile): c’est le rêveur délirant.
  2. À la fois pessimiste de but (on n’y arrivera jamais) et pessimiste de chemin (et on va morfler): c’est le défaitiste.
  3. À la fois pessimiste de but (on ny arrivera jamais) et optimiste de chemin (mais on va bien s’amuser): ce serait plutôt le pervers.
  4. À la fois optimiste de but (on n’y arrivera) et pessimiste de chemin (mais ce sera difficile): tel serait le véritable optimiste, surtout en temps de crise.

 

Alors pourquoi ne pas être optimiste dès aujourd’hui? Et penser positivement pour avancer vers une vie plus épanouie. Pourquoi ne pas vous réjouir de la réussite de vos efforts? Pourquoi ne pas être souple? Comme tout le monde, vous risquez d’avoir des problèmes parfois, mais ne restez pas bloqué. Sortez de la boue et améliorez vos chances de reprendre la bonne voie. Et, finalement, pourquoi ne pas inspirer les autres à retirer leurs lunettes de couleur foncée et à voir la vie du bon côté?

 

Termes de Recherche:

développer son intuitionLa route de l’intuition est pavée de surprises. Avez-vous déjà eu l’impression soudaine que quelque chose était sur le point de se produire et, à votre grande surprise, cette intuition se réalise réellement? Cela m’arrive très régulièrement, en particulier en ce qui concerne mes relations interpersonnelles.

Quand vous sentez fortement que quelque chose va se passer, sans qu’il y ait de raison logique qui vous pousse à le croire, on parle d’intuition. « L’intuition » se décline en trois impressions: la clairvoyance ou le « troisième œil », le pressentiment et la prémonition.

  • La clairvoyance, c’est quand vos yeux voient au-delà de ce qu’ils sont censés voir. C’est quand vous savez ce qu’il se passe ailleurs.
  • Le pressentiment, c’est quand vous sentez simplement. C’est quand vous êtes oppressé par un sentiment, vous ne pouvez pas l’expliquer, tout ce que vous pouvez dire c’est « je le sens, c’est tout ».
  • Enfin, la prémonition, c’est quand vous êtes capable d’entendre entre les lignes. L’intuition se produit quand un certain son, quel qu’il soit (un klaxon, le chant d’un oiseau) se répercute de manière étrange dans vos oreilles. 

Il parait que seules certaines personnes sont dotées d’intuition. Les astrologues disent même que les personnes nées sous le signe du scorpion ou du poisson sont naturellement intuitifs. Comme je suis poisson ascendant scorpion je dois être bien servi ;-). Mais de nombreuses études récentes montrent que, au contraire, tout le monde possède ce 6ème sens et peut développer son intuition.

 

Pourquoi développer son intuition?

À quoi bon développer son intuition?, allez-vous me demander. Pourquoi ne pas laisser votre état psychologique et émotionnel comme il est? Premièrement, l’intuition améliore la communication. Elle vous rend plus sensible aux gens qui vous entourent, elle peut vous éviter de blesser ceux que vous aimez en étant assez intuitif pour les comprendre.

L’intuition vous rend aussi plus créatif que jamais. Elle vous permet de libérer vos flux créatifs dans tout ce que vous faites. Enfin, l’intuition à un pouvoir curatif. Pas au un sens physique, mais dans le sens où elle plonge au fond de votre âme pour éradiquer toutes les pensées négatives qui s’y cachent.

Cela étant dit, êtes-vous prêt à développer votre intuition? Je vais vous partager quelques manières de débloquer ce don.

 

Comment améliorer votre intuition?

1. L’hypnose

Oui, faites-vous hypnotiser. L’hypnose ne se limite pas à regarder un pendule. Faites de l’autohypnose ou trouvez un programme d’hypnose qui augmente votre intuition.

2. La méditation

Méditer signifie trouver la paix en vous-même. Si votre esprit et votre cœur sont encombrés de bagages trop nombreux et mauvais, vous ne serez pas en mesure de calmer cette partie de vous qui pourrait éventuellement engager l’intuition. Il y a tellement de façons de méditer: prendre un cours de yoga, contempler un beau paysage, s’asseoir dans une église ou tout simplement pratiquer une respiration qui pourraient vous mener directement à l’état Zen.

3. La pensée positive!

Un état libre de toute inquiétude, de toute peur, peut également améliorer votre capacité d’intuition. En restant positif, vous attirez les bonnes énergies qui vous permettent de reconnaitre les événements imminents.

4.  Laissez-vous simplement aller.

Qu’est-ce que ça signifie? Si vous êtes sur le point de prendre une grande décision, laissez toutes les inhibitions s’en aller et trouvez un endroit calme où vous pourrez lâcher prise. Parfois, il suffit d’écouter sa voix intérieure, mais pour l’entendre il faut lâcher prise afin de laisser la place à votre intuition.

5. N’attendez rien.

Après avoir laissé partir toutes les inhibitions et les choses qui vous empêchent de réfléchir et ressentir clairement, n’espérez pas trouver la réponse immédiatement. N’espérez pas que vous aurez une intuition subite. Laissez un peu de temps s’écouler et puis, BOUM, la réponse vous viendra en un coup.

6. Faites confiance à vos impressions premières.

Quand vous voyez quelqu’un pour la première fois et que vous le trouvez un peu arrogant, il y a de grandes chances pour que cette impression se vérifie. La plupart du temps, les premières impressions viennent de l’intuition.

7. Soyez heureux!

Vous voyez? Tout ce qu’il faut pour être intuitif, c’est être heureux! Le bonheur attire d’immenses pouvoirs, y compris celui de l’intuition. Quand vous cherchez l’intuition, vous devez être heureux. Si vous êtes heureux, l’intuition viendra facilement.

 

L’intuition est utile, car parfois elle vous mène à quelque chose que vous n’auriez pas obtenu autrement. De nombreuses vies ont été sauvées seulement grâce à des intuitions. Il est plus facile de prendre des décisions avec ce don que vous possédez déjà. Développez votre intuition au plus vite et les bénéfices que vous en tirerez seront plus grands que vous ne l’auriez imaginé.

 

Termes de Recherche:

comment faire pour vivre heureuxComment faire pour vivre heureux? La recette est en fait fort simple: pour vivre le bonheur maximum, soyez heureux et optimiste.

Tout le monde a déjà entendu la chanson Don’t Worry, Be Happy de Bobby McFerrin. La chanson a une manière très accrocheuse de transmettre un message de bonheur et d’optimisme à tout le monde. Le message simple de Bobby McFerrin a sûrement aidé de nombreuses personnes à ne pas s’inquiéter.

C’est magnifique de vivre une vie heureuse et optimiste et la recherche démontre régulièrement que c’est bon pour votre santé. Le bonheur vous protège du stress, or le stress est une des causes principales de maladies cardiaques, de cancer et de crises cardiaques.

L’une de mes phrases préférées en tant que Coach c’est que « La seule constante dans la vie, c’est le changement » et nous pouvons tous faire les changements nécessaires à notre vie si nous le voulons. Même si nous nous trouvons dans une situation insupportable, on peut toujours se consoler en se disant que cette situation, aussi, finira par changer.

Les réseaux sociaux et les relations sont indispensables au bonheur. Les gens sont différents sur ces réseaux, ils acceptent les autres comme ils sont, évitent les disputes, discutent et oublient les ressentiments. Si une dispute semble inévitable, essayez de faire un effort pour comprendre la situation et vous pourriez très bien vous en tirer.

 

Pour vivre heureux il suffit de le décider.

Il est relativement facile d’être heureux, il suffit de décider de l’être. Abraham Lincoln a observé que, la plupart du temps, les gens peuvent choisir d’être heureux ou stressé, calme ou énervé, d’avoir une vision claire ou troublée. Le choix est simple en réalité: pour vivre heureux choisissez le bonheur.

Il y a différentes manières de le faire.

  • Pour vivre heureux ayez de la gratitude. On a tellement de raisons d’être reconnaissant. Remerciez le taximan de vous ramener en sécurité à la maison, remerciez le cuisinier du repas délicieux qu’il vous a préparé, remerciez le nettoyeur de vitres. Remerciez le facteur de vous apporter le courrier, remerciez le policier de sécuriser les lieux et remerciez Dieu d’être en vie.
  • Pour vivre heureux évitez les informations stressantes. Regardez et écoutez-en moins. Certaines personnes ne peuvent pas commencer une journée sans leur dose quotidienne d’informations. Essayez d’y penser, 99% des nouvelles que nous lisons ou entendons sont de mauvaises nouvelles. Et, « pour vivre heureux » il y a mieux que de commencer une journée avec de mauvaises nouvelles…
  • Pour vivre heureux une pratique spirituelle  ou religieuse est également recommandée. Rien de tel que d’appartenir à un groupe avec ses chants, ses rites, ses prières et ses méditations pour améliorer sa paix intérieure.
  • Pour vivre heureux gérez votre temps. Le temps est trop précieux pour être perdu. La gestion du temps peut être vue comme une liste de tâches, comme la planification, l’établissement d’objectifs, la création de listes de priorités etc. C’est la base de la gestion du temps et c’est indispensable. Ces compétences peuvent être affinées et améliorées afin d’atteindre les résultats que vous espérez.
  • Pour vivre heureux riez à gorge déployée chaque jour. Vous avez entendu une bonne blague? Racontez-la à vos amis et à votre famille. Comme on dit : « Le rire est le meilleur remède de santé ».
  • Pour vivre heureux exprimez vos sentiments, vos émotions, votre amour et votre passion. Vos proches vous le rendront. N’essayez pas de garder à l’intérieur la colère et la frustration, c’est mauvais pour la santé. Essayez plutôt de les exprimer de manière à ne blesser personne.
  • Pour vivre heureux travaillez bien, tirez profit de votre temps.Travailler dur apporte une grande satisfaction personnelle. Ça donne l’impression d’être compétent, d’arriver à bien accomplir ses tâches. Les réussites sont nécessaires pour chacun d’entre nous, elles nous valorisent.
  • Pour vivre heureux essayez d’apprendre quelque chose de nouveau chaque jour. L’apprentissage est un exercice joyeux. L’apprentissage nous permet également d’élargir nos horizons. Et il nous offre plus d’opportunités dans l’avenir.
  • Pour vivre heureux courez, faites de l’exercice, marchez et tirez profit de votre corps. Sentez-vous bien.
  • Évitez, enfin, les expositions aux éléments négatifs comme les bruits, les toxines et les endroits dangereux.

 

Voilà plusieurs choses qui peuvent vous aider à vous sentir heureux chaque jour.

Et souvenez-vous, comme Abraham Lincoln l’a dit: « La plupart des gens sont heureux dans la mesure où ils ont décidé de l’être. »

 

améliorer communication oralePour améliorer sa communication verbale, on aimerait pouvoir posséder « un bout de la pierre de l’éloquence ».

La pierre de l’éloquence, ou pierre de Blarney, est une pierre du château de Blarney, en Irlande. Selon la légende, embrasser la pierre vous donnerait le don de l’éloquence et de la communication verbale interpersonnelle.

Oui, c’est vrai, ça peut sembler étranger aujourd’hui, mais qui sommes-nous pour critiquer la tradition? Ce n’est pas comme si je disais que le Père Noël n’existe pas! (Oups…)

Il y a tellement de choses à savoir sur la communication verbale que tout le monde, même moi, peut facilement comprendre. Vous pouvez regarder des talk shows, écouter des programmes radios, assister à un club consacré à la prise de parole en public ou encore avoir une conversation ordinaire ; certaines règles s’appliquent toujours quand il s’agit de communiquer avec des mots.

Ça peut sembler étrange, je sais, mais même si c’est votre bouche qui fait le travail, votre cerveau travaille deux fois plus dur pour mettre en pratique tout ce que vous savez. La meilleure manière de commencer à apprendre une communication verbale efficace, c’est de connaitre la personne la plus proche de vous: vous-même.

La communication verbale en 10 conseils

1. Ce que vous savez.

L’éducation consiste à apprendre les bases, mais pour être un locuteur efficace, il faut pratiquer ce que vous avez appris. Les formations que j’ai suivi en prise de parole en public m’ont appris que nous avons tous nos limites, mais que ça ne signifie pas pour autant que nous ne pouvons pas apprendre et partager ce que nous savons. La communication verbale s’apprend.

 

2. L’écoute.

Savoir écouter est tout aussi important que savoir poser des questions. Parfois, écouter le son de notre propre voix peut nous apprendre à avoir plus confiance en nous et à dire avec conviction ce que nous voulons. La communication verbale s’apprend.

 

3. L’humilité

Nous faisons tous des erreurs, et parfois on prononce mal un mot ou on l’utilise à mauvais escient, même si on connait son vrai sens ou on n’ose pas l’utiliser de peur de se tromper. Donc, en groupe, n’ayez pas peur de demander si vous dites un mot correctement et si vos auditeurs n’en sont pas sûrs, alors riez-en. Je vous promets que tout le monde en rira, et vous vous en tirerez mieux ainsi. La communication verbale s’apprend.

 

4. Le contact visuel

Il y a beaucoup à dire quand il s’agit d’entretenir un contact visuel avec son public. Il faut absolument rester concentré quand vous parlez à un grand groupe, même si l’une ou l’autre personne du groupe semble plus attirante. La communication verbale s’apprend.

 

5. L’humour

Un peu d’humour peut faire des miracles pour détendre l’atmosphère ou, mieux encore, pour éviter d’ennuyer votre public. Ainsi, vous attirez l’attention de votre public et il sent que vous êtes un être humain comme tout le monde. La communication verbale s’apprend.

 

6. Soyez comme votre public

L’interaction consiste à se mélanger aux autres. Vous y gagnerez beaucoup d’idées, et vous apprendrez à savoir pourquoi les gens sont comme ils sont. La communication verbale s’apprend.

 

7. Moi, moi et toujours moi

Avouez-le, parfois vous chantez sous la douche. En tout cas moi, je le fais! Écoutez le son de votre propre voix quand vous vous entrainez devant un miroir pour corriger l’accentuation de votre discours. La communication verbale s’apprend.

 

8. Un petit sourire

Le sourire est aussi important que le contact visuel. Il ne faut pas grimacer ou froncer les sourcils durant une réunion, à moins que ce soit approprié. Vous exprimerez mieux votre pensée en souriant. La communication verbale s’apprend.

 

9. Un modèle

Vous avez bien écouté l’une ou l’autre personne lors d’une conférence ou d’une réunion publique. Même s’il lit seulement son texte, analysez quand le locuteur met l’accent sur un mot, comment il parle, cela pourra vous servir quand vous serez à sa place. La communication verbale s’apprend.

 

10. La préparation

Tirez le meilleur de votre préparation, ne vous contentez pas de gribouiller des notes dans la précipitation. Certaines personnes aiment écrire sur des mémos, d’autres sur la paume de leur main (ce qui peut sembler idiot à une conférence). Dans tous les cas, faites ce qu’il faut pour vous sentir à l’aise quand vous serez en train de parler. La communication verbale s’apprend.

 

Et voilà, c’est tout. Dans l’ensemble, ce ne sont que des suggestions d’amateur, mais elles m’ont aidé à mieux m’exprimer, que ce soit en public ou en privé et ça ne fait jamais de mal d’écouter comment les gens font la conversation, comment ils rendent une discussion plus agréable. Le message principal, vous l’avez compris: La communication verbale s’apprend.

 

Termes de Recherche:

création de newsletterDe nos jours la newsletter est devenue l’un des moyens incontournables pour réussir son marketing en ligne. Selon une enquête récente menée par la société Constant Contact – citée dans le Wall Street Journal -, 36% des entreprises affirment que la newsletter est tout simplement le meilleur support pour vendre.

Une newsletter vous permet d’entretenir des liens réguliers avec votre client, c’est un support qui permet de véhiculer des informations utiles et de vérifier que le destinataire en a bien pris connaissance.  Mais il s’agit d’un moyen de communication très spécifique et peu de graphistes connaissent les subtilités nécessaires pour réaliser une newsletter efficace.  Vous ne me croyez pas ? Alors faites ce test : demander à un web designer s’il est capable de concevoir votre newsletter. Il va sûrement vous répondre « Bien sûr ! Je n’en ai encore jamais conçu, mais ça ne doit pas être bien difficile. »

Une bonne newsletter – comme un bon ouvrage – se comprend facilement, son contenu est ciblé, bien écrit et bien présenté. De plus, les statistiques actuelles montrent qu’une newsletter est consultée en moyenne durant 51 secondes.

Une « newsletter » doit donc être conçue pour pouvoir se lire sur tout type d’écran, de plate-forme et par toute application informatique qui utilise son propre langage comme le html. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils pour écrire, concevoir et diffuser votre newsletter.

1. Allez à l’essentiel

Tenez compte de vos lecteurs et du nombre d’e-mails ou de messages publicitaires qu’ils reçoivent quotidiennement. Tout comme vous votre lecteur veut du contenu. Et c’est maintenant qu’il le veut. Ne lui faites pas perdre de temps.

2. Faites que votre contenu soit actuel, exact et percutant

Lors d’un sondage réalisé récemment auprès de lecteurs à qui on a demandé ce qu’était selon eux une newsletter utile, les réponses les plus fréquemment citées étaient : des informations liées à leur propre entreprise ou à leur secteur d’activité professionnel en général (réponse donnée par 2/3 des lecteurs),  des renseignements sur un prix ou un achat, goûts personnels, hobby et événements, dates importantes. La clé d’une newsletter efficace : un contenu utile.

3. Evitez les images trop lourdes

Des images trop lourdes et inutiles ralentissent le système informatique de votre destinataire. Avant d’ajouter une photo de 500 KO de votre siège social, demandez-vous si votre lecteur en a vraiment besoin.

4. Utilisez les liens sans modération

Les liens sont importants : proposez à votre lecteur un sommaire court et des liens vers des articles plus complets. Une newsletter longue avec beaucoup de texte que l’on doit faire défiler sur l’écran est la plupart du temps supprimée sans être lue car le lecteur a l’impression de perdre son temps. Adaptez les liens au contexte de votre texte pour qu’ils soient fluides et dites à votre lecteur vers quoi ils renvoient en utilisant des liens comme par exemple « Voir l’article complet »  ou « Pour en savoir plus » plutôt que « Cliquez ici ».

5. Faites en sorte que votre newsletter se lise facilement

Un utilisateur passe en moyenne moins d’une minute à lire une newsletter. Faites en sorte que votre lecteur utilise ce temps à bon escient en lui proposant des titres clairs et utiles et des paragraphes qui puissent se lire facilement.

6. Utilisez une mise en page claire, simple et fonctionnelle

Organisez vos informations par une mise en page facile. Utilisez des outils fonctionnels comme une table des matières, des paragraphes clairs et un pied de page avec des informations pour se désabonner. Utilisez une présentation simple, rappelez-vous que votre newsletter restera à peine une minute sur l’écran de l’ordinateur de votre lecteur, ce n’est donc pas le moment d’expérimenter un nouveau système de navigation.

7. Connaissez les Limitations de la Technologie actuelle

Durant ces dernières, on a recouru la plupart du temps au html et au CSS. Mais vous savez quoi ? Les tables sont de retour. Elles permettent une présentation aussi élégante que le CSS tout en ne dégradant pas le document web et en ne ralentissant pas l’utilisation d’Internet. Les tables sont jusqu’à aujourd’hui le seul moyen de coder la disposition d’une newsletter informatique. On ne recourt au CSS que pour le texte.

8. Ne soyez pas trop fantaisiste

N’utilisez le Flash que lorsqu’il est utile. Les applications actuelles savent que Flash risque d’apporter un virus et elles peuvent le bloquer. Mettez l’accent sur le message que vous voulez faire passer et exprimez-vous aussi clairement que possible.

9. Recourez à des professionnels de l’envoi en ligne

Certaines entreprises comme iContact.com permettent à leurs utilisateurs de nombreuses options et fonctions et un suivi comme le nombre de connections, des liens… Certains proposent ces services à des tarifs très bon marché.

10. Testez-là, testez-là et retestez-là

Avant d’envoyer votre newsletter à vos destinataires, envoyez là à vos collègues, vos amis, votre belle-mère, votre correspondant en Suède… bref, envoyez là à tous ceux qui pourront donner leur avis sur votre newsletter.

11. Faites appel à un professionnel

Faire réaliser sa newsletter par une agence, voilà une bonne idée. Certaines agences sont spécialisées dans ce type de communication. Elles peuvent rapidement créer une forme qui attirera l’oeil de votre lecteur. Une fois la forme faite, vous pourrez vous concentrez sur le fond.

 

N’hésitez pas à me dire ci-dessous ce que vous pensez de la création d’une Newsletter efficace.

 

marketing entrepriseVous avez une idée géniale ou vous avez trouvé comment améliorer les choses. Vous êtes persuadé que certaines personnes feraient des pieds et des mains pour avoir ce que vous avez imaginé.

Il faut à présent créer votre affaire ou commencer à produire, n’est-ce pas ?

C’est faux!

Tout porte à croire que vous avez tout entre les mains pour réussir votre entreprise. Mais il faut franchir de nombreuses étapes pour connaître la fiabilité d’un projet professionnel. Et à moins que vous n’aimiez prendre des risques inutiles ou simplement jouer avec le feu, la plupart de ces risques doivent être mesurés avant de créer ou de vendre un produit.

L’une des étapes les plus importantes est de savoir s’il est facile (ou difficile) de mettre sur le marché et de vendre votre produit ou votre service. Puis il convient de trouver la meilleure façon de commercialiser votre produit, votre service ou votre idée.

Malheureusement, beaucoup trop de jeunes créateurs d’entreprise souffrent de ce que j’appelle le syndrome du rêve. Ils pensent que, parce qu’ils vendent un bien ou un service extraordinaire ou utile, les gens vont comme par enchantement se battre pour l’acheter.

« Il suffit d’offrir un produit pour que le consommateur soit au rendez-vous » n’est qu’un mythe qui fonctionne plus souvent dans les films que dans la réalité. C’est là qu’interviennent le marketing et la publicité.

Les gens doivent en effet connaître le produit que vous vendez et avoir une envie irrésistible de l’acheter ; si tel n’est pas le cas, ils ne l’achèteront pas. Et à moins que vous n’ayez la solution miracle pour attirer les clients devant votre porte et commencer à faire de l’argent, vos affaires ne décolleront pas.

Avant de vous lancer dans une nouvelle aventure professionnelle, il vous faut d’abord répondre à ces trois questions marketing :

• Qui est le plus à même de vouloir ce que je propose tout en souhaitant et en pouvant se l’offrir ?

• Comment puis-je au mieux (c’est-à-dire à moindre de coût et de manière efficace) contacter ces prospects et retenir leur attention ?

• Que dois-je faire, dire ou proposer pour les convaincre d’acheter chez moi ?

 

La meilleure façon de répondre à ces trois questions est de faire une petite étude de marché.

Tout d’abord, vérifiez si quelqu’un d’autre vend un produit similaire. Si personne n’en vend, c’est un signal vous alertant qu’il peut ne pas y avoir de marché pour vos produits et vos services.

C’est un bon signe d’avoir des concurrents. Mais il est important de savoir en quoi votre activité, votre produit et votre service se démarquent d’eux ou sont meilleurs que ce qu’ils proposent. Dans le cas contraire, il n’y aura aucune raison d’acheter chez vous plutôt que chez votre voisin.

Puis analysez votre marché cible potentiel. Déterminez qui est le plus à même d’acheter ce que vous vendez, pourquoi ils seraient intéressés, pour quelle raison ils décideraient de ne plus être client et comment vous pouvez les atteindre à moindre coût.

Si votre marché cible n’est pas suffisamment conséquent, s’il ne peut dépenser d’argent ou s’il vous sera trop difficile et couteux de l’atteindre, il vous faut alors repenser votre activité.

Retenez bien ceci : tout créateur d’entreprise doit faire du commercial et du marketing, qu’il aime le faire ou pas. Car c’est grâce à cela qu’il aura des clients. Et sans clients, pas d’activité professionnelle ; vous aurez juste un passe-temps onéreux qui vous demandera beaucoup de temps.

Ainsi, avant de passer du temps et de dépenser de l’énergie dans une activité professionnelle, assurez-vous que vous savez comment mettre votre produit sur le marché et que vous avez des clients potentiels. Si tout cela vous semble trop compliqué ou trop envahissant, ne perdez pas espoir.

Consultez quelques livres sur le sujet ou faites appel à un consultant avec de l’expérience dans le marketing. Quoique vous fassiez, n’oubliez pas le marketing. C’est l’une des choses les plus importantes pour créer une affaire qui marche.

 

Et vous, avez-vous défini votre stratégie marketing?

 

Pour certains, c’est encore un mystère de savoir quand, où, avec qui et comment utiliser le mot « C… » ; pour d’autres, c’est totalement inimaginable, voire inacceptable. Et en effet, en l’utilisant mal, vous perdrez des milliers d’euros sans compter les clients, les opportunités, les relations… que vous perdrez aussi. Et vos amis et votre famille ne font pas exception.

Dans cette ère du média social, de la révolution Facebook et Twitter, il est très important de savoir utiliser le mot « C… ». En fait, c’est devenu une partie de votre vocabulaire, et un effet de mode. Donc, correctement utilisé, vous pouvez « doubler votre succès »:

Quand l’utiliser:

Quand vous voulez laisser une impression mémorable, quand vous voulez non seulement qu’on se souvienne de vous, mais en plus d’une manière scandaleuse.

Où l’utiliser:

Dans des articles, des publicités, des interviews, des campagnes de relation publique, des plateformes de média sociaux, des blogs, des newsletter, durant un coaching, dans un livre, en voyage, dans des conférences, etc. Vous pouvez bien sûr aussi l’utiliser en famille ou au bureau.

 

Comment l’utiliser:

Avec passion, dignité, respect, et surtout, de manière naturelle et authentique.

 

Avec qui l’utiliser:

Utilisez-le dans toutes les interactions humaines, dans toutes les plateformes précitées. Les animaux y sont particulièrement sensible aussi.

 

Avez-vous deviné ce mot qui doublera votre affaire, s’il est correctement utilisé?

C’est le mot « comprendre »!!

 

Quand vous ajouterez ce mot à votre vocabulaire et à votre manière d’être, de nombreuses portes s’ouvriront, de nouveaux clients sonneront à votre porte sans que vous les ayez cherchés, et feront partie de votre réseau. Pour certains, c’est peut-être un concept étranger. Et bien, habituez-vous, parce que si vous ne l’utilisez pas, votre société en pâtira. Vous vous souvenez de la phrase de Bill Clinton, « Je comprends votre douleur »? En voilà une phrase que personne n’oubliera jamais.

Les gens ne se souviendront peut-être pas toujours de ce que vous dites, mais ils se souviendront toujours que vous les comprenez. C’est une partie importante de l’interaction humaine, et il est important de l’incorporer dans vos stratégies marketing.

Vous devez les « comprendre », pour que vos clients sachent que vous le ressentez vraiment et qu’il ne s’agit pas que de mots. Si vous voulez faire réussir votre entreprise, pensez à comprendre vos clients. C’est la clé du succès.

Peu importe ce que vous vendez, VOUS êtes le produit, donc mettez le mot « C » au sommet de votre liste de priorités. Vous aurez plus facile à vous identifier aux besoins de vos clients, à créer de nouveaux produits et services, à résoudre leurs problèmes, et vous « comprendrez » que vous avez la clé du succès. Regardez votre compte en banque se remplir grâce à ce petit mot en « C »: Comprendre.

 

Que faites-vous pour comprendre vos prospects? Et pour comprendre vos clients? 

 

Vous avez déjà remarqué ces patrons d’entreprise qui abattent plus de travail que les autres, sans se fatiguer? Vous savez… Ces personnes incroyables qui ont une entreprise à succès et qui, pourtant, ont aussi une vie à côté.

Je parle d’une productivité incroyable, qui n’est pas le résultat de journées ridiculement longues ou de multitâches exagérées. Parce qu’il ne s’agit pas du temps qu’ils passent à travailler. Mais de la manière dont ils travaillent. Et si vous voulez mettre votre société sur pilote automatique et avoir plus de temps pour profiter de la vie, il est essentiel de travailler intelligemment.

Bon, j’avoue, il y a eu une époque ou l’idée de « travailler intelligemment » me semblait totalement utopique. J’étais trop occupé à travailler pour pouvoir ne fut-ce que penser à la manière dont je travaillais.

Mais je réalisais tout de même que certains patrons d’entreprise étaient meilleurs que moi pour accomplir leurs tâches, atteindre leurs objectifs, arranger leur agenda, trouver des clients, etc. Donc, j’ai passé les 10 dernières années à apprendre comment ils faisaient pour aider mes clients et moi-même.

En fait… Personne ne travaille intelligemment naturellement. La plupart des patrons d’entreprise doivent y travailler pour y arriver. Mais ça vaut l’effort supplémentaire que ça demande, parce que ça vous permettra de faire moins d’efforts ensuite.

Donc, voici quelques conseils simples pour commencer…

1. Arrêtez d’être multitâche. Vous occuper du téléphone, des emails, de Facebook, de Twitter… ça vous prend toute votre énergie et votre attention, et vous avez l’impression d’être complètement surchargé. Mais ne croyez pas que c’est productif. Des études ont montré que les activités multiples n’augmentaient pas la productivité ou la rapidité – au contraire. (Shellenbarger a écrit un article intéressant à ce sujet pour le Wall Street Journal, intitulé « Gérer de trop nombreuses tâches peut vous rendre idiot »).

Donc, à la place, éteignez vos téléphones pendant une heure ou pendant le temps nécessaire pour vous concentrer sur vos autres tâches.

 

2. Agissez comme si vous étiez franchisé! Dans votre entreprise, tout doit être fait de la même manière, à chaque fois. Vous devez écrire les processus.

Même si vous êtes autant emballé par l’idée de vous asseoir et d’écrire les processus de chaque action que par l’idée d’aller chez le dentiste, il faut le faire – et même si vous êtes indépendant.

Sinon, vous perdez du temps et vos efforts manquent de consistance. En plus, quand vous pourrez engager un employé ou déléguer des tâches, ces listes seront utiles et vous permettront d’obtenir les résultats que vous espérez sans perdre de temps à tout expliquer.
3.  N’exagérez pas. N’acceptez pas tous les travaux et clients qui se présentent. C’est facile de dire oui à tout parce que vous avez besoin d’argent, mais ensuite vous devrez gérer tout ce que vous avez accepté de faire. Ce qui ne vous mènera pas forcément au succès.

En fait, vous allez juste gaspiller vos forces, vous éparpiller, et  même perdre de l’argent, puisque certains clients demandent plus de travail que d’autres. En plus, il ne faut pas que vos clients pâtissent de votre attention dispersée.

 

4. Continuez de faire de la publicité pour votre entreprise, peu importe votre budget. Sans publicité, vous n’aurez pas de clients. Heureusement, il existe plein de moyens gratuits ou presque pour faire de la publicité.

Essayez de mettre des articles en ligne, de participer à des réseaux sociaux, envoyez des mails… Embellissez votre bio. Allez chaque mois à des évènements sociaux. Si vous avez des choses intéressantes à dire, faites un blog. Vous pouvez en créer gratuitement sur WordPress et y ajouter des articles, des conseils, des vidéos…

 

5.  Déléguez! Si vous êtes vraiment rattrapé par le temps, ou si vous n’avez vraiment pas envie de faire quelque chose, déléguez à un assistant virtuel. C’est une de mes solutions préférées pour faire plus en faisant moins d’effort – surtout pour le marketing en ligne!

 

Les assistants virtuels peuvent tout faire, qu’il s’agisse de répondre aux mails ou de mettre votre profil social à jour, de monter un blog, de créer une newsletter, d’envoyer des lettres, etc. Certains sont même spécialisés dans le marketing en ligne. J’ai engagé ma première équipe d’assistants virtuels il y a des années, et c’est la meilleure chose qui soit arrivée à ma société – et à ma vie privée, parce que je n’étais plus enchaîné à mon ordinateur, à essayer de comprendre comment faire un blog!

 

Et vous, comment vous y prenez-vous pour travailler plus intelligemment? Quelles sont vos astuces, vos ressources? 

 

Termes de Recherche:

situations difficilesQuelles sont les stratégies pour gérer les situations difficiles?

C’est plus difficile de faire disparaitre la mauvaise publicité. Vous ne pouvez pas virer une revue défavorable ou ordonner au scandale de se taire.

Quand vous gérez des situations difficiles, essayez de vous rappeler quelques règles de base en communication:

  • Soyez honnête en toute circonstance. Dites « je ne sais pas » quand c’est le cas. Certaines personnes respecteront votre honnêteté, même si malheureusement la majorité des gens n’en ont pas l’habitude.
  • Souvent, quand vous direz la vérité, les gens répondront de manière plus positive que vous ne l’auriez cru. S’excuser et savoir écouter sont deux puissants alliés.
  • Si vous ne connaissez pas la réponse à une question, vous pouvez avoir une approche honnête et promettre de revenir avec une réponse. Vous pourrez alors vous adresser à un expert plutôt que de risquer de donner votre propre opinion sur la question.
  • Vous pouvez aussi répondre à une question par une autre question, ou donner une réponse un peu évasive,  ce qui satisfera la curiosité de votre interlocuteur sans que vous vous engagiez trop.
  • Une autre solution consiste à choisir de ne pas travailler avec les clients à problèmes, comme ça vous n’avez pas besoin d’apprendre à les gérer ;-).

Pensez-y un instant. Vous n’avez probablement pas d’amis difficiles – vos connaissances à problèmes ne deviennent probablement pas vos amis, ou ne le restent pas longtemps. Votre vie n’est-elle pas tellement mieux sans personnes de ce genre?

B. Tracy dit que lorsque vous pensez à virer quelqu’un, il faut le faire. À quoi bon perdre du temps à essayer de gérer quelqu’un et d’améliorer la situation, alors que vous n’y arriverez peut-être jamais? Vous pourriez utiliser ce temps de manière tellement plus intelligente qu’en gérant des situations difficiles.

Votre vie ne serait-elle pas bien mieux sans personnes difficiles à gérer? Comment vous sentiriez-vous? Pensez à ce qu’il faudrait faire pour réaliser ce rêve, si c’est ce que vous voulez. Plus d’émotions négatives quand cette personne appelle ou passe au bureau. Plus de plaintes d’employés qui doivent gérer cette personne. Ne plus accepter ce genre de personnes pour le regretter ensuite.

Je me sens mieux rien qu’en y pensant, pas vous?

Si vous désirez plus d’information sur la gestion de situations ou de personnes difficiles, ou d’autres problèmes liés au boulot, alors suivez un entrainement avec un coach. Cet entrainement vous apprendra tout ce que vous devez savoir pour avoir du succès et éviter les problèmes.

 

Termes de Recherche:

personnes difficilesQuelles sont les stratégies pour gérer les personnes difficiles?

Vous êtes-vous déjà demandé comment surmonter les questions et problèmes difficiles?

Attendez un instant… Qu’est-ce que ça signifie? Problèmes difficiles? Comment définir un problème difficile?

On peut supposer que tout ce qui vous stresse ou vous empêche d’accomplir votre travail correctement est un problème difficile.

Un problème difficile indique qu’une personne, un endroit ou une chose cause une interférence. Une question difficile implique une difficulté qui n’est pas forcément tangible. Y compris les choses qui ne peuvent pas simplement être cachées ou chassées. Un employé difficile peut être viré. Un tableau offensant peut être décroché du mur. Mais un scandale couvert par tous les journaux ne peut pas être oublié. C’est un problème délicat, et vous pouvez avoir du mal à trouver comment vous en débarrasser. Commençons par considérer les problèmes les plus courants qui arrivent dans toute organisation.

 

Gérer les personnes difficiles

C’est facile de régler les problèmes qui concernent des objets. Si un outil ne fonctionne pas, il suffit de le remplacer. Mais quand il s’agit de personnes, c’est beaucoup plus difficile. Même si c’est vrai qu’on peut « remplacer » les gens comme des objets.

Pour la plupart, les employeurs comprennent qu’il est important de construire un effort d’équipe et que tout élément perturbateur (même un proche) doit être éliminé. Parfois, c’est un problème pour les collègues, si la personne en question est appréciée par les patrons ou possède des compétences particulières qui rendent le renvoi impossible. Dans ce cas, les collègues doivent apprendre à coexister avec cette personne, sans faire de drames.

Cependant, ce problème devient vraiment difficile lorsque le perturbateur est la personne dont vous avez besoin. Vous pouvez avoir à gérer des étudiants difficiles, ou des clients difficiles. Leur crier dessus ou même leur demander de quitter les lieux n’est pas possible si vous avez une autorité limitée.

Sans compter que ce genre d’action ne vous serait pas vraiment profitable, puisqu’ils sont vos clients et qu’ils sont donc votre raison de travailler. Mais alors, comment faire avec ces personnes difficiles?

1ère stratégie: Gérer des employés difficiles. Premièrement, pensez aux différentes manières de gérer des personnes difficiles. Essayez toujours de rester calme. Rappelez-vous que les sentiments que vous ressentez sont contagieux. Vous énerver ou insulter un employé ne fera qu’envenimer la situation. Essayez de garder la conversation à un degré positif et insistez sur le fait que le désaccord n’a rien de personnel. La première règle en gestion de conflit, c’est d’éviter à tout prix les arguments « gagnant-perdant ». Vous ne voulez pas « gagner » ou inspirer des sentiments de compétition chez votre étudiant difficile. Vous voulez insister sur la solution du problème, donc donnez à l’employé une manière digne de sortir du conflit.

2ème stratégie: Gérer un client en colère. De même qu’un employé, un client en colère va se battre contre ce qu’il considère comme un système corrompu. Vous devez minimiser le conflit et éviter de rentrer dans le jeu du client, même s’il vous provoque.

Cette stratégie peut se diviser en différentes étapes.

1. Restez calme, vous désamorcerez le conflit.

2. Une fois que vous avez l’attention du client, écoutez attentivement ce qu’il a à dire.

3. Soyez compréhensif et montrez-lui que vous vous souciez de son point de vue.

4. Si possible, évitez de parler de la « politique » de votre société et expliquez-lui plutôt pourquoi vous ne pouvez pas lui donner ce qu’il veut, si c’est le cas. Par exemple, s’il demande un remboursement, expliquez pourquoi ce n’est pas faisable pour vous.

5. Après lui avoir expliqué votre position officielle, essayez de trouver un compromis pour le satisfaire.

6. Et, enfin, gardez une trace écrite des situations à problèmes et écrivez les modifications éventuelles à apporter à votre système pour que votre futur client soit encore plus satisfait.

 

Termes de Recherche: