"Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien" - Sidney A. Friedman

raconter une histoireRaconter une histoire est le moyen pour établir un contact avec votre auditoire. Si vous faites une présentation pour deux personnes ou pour deux cents, les histoires sont le secret du succès. Les histoires vous aident à capter l’attention et à saisir les cœurs et esprits de vos auditeurs. Toute présentation, qu’elle soit purement technique ou de motivation, peut bénéficier de l’éloquence ainsi que de la pertinence d’histoires vraies. Vos histoires resteront alors dans les esprits très longtemps.

Comment raconter une histoire pour capter tout auditoire de votre choix?

1- L’état d’esprit du conteur. La première étape pour raconter une bonne histoire est d’entrer dans « l’état d’esprit du conteur ». Cela signifie avoir le courage de s’éloigner d’une présentation traditionnelle basée sur l’analyse.  more

Termes de Recherche:

plan d'actionsQuel est votre plan d’actions pour réussir votre activité professionnelle?

« Le général qui remporte la bataille fait de nombreux calculs avant de combattre. Le général qui perd la bataille fait peu de calculs en amont. » Sun Tzu
 

Quelle est l’une des différences majeures entre ceux qui réussissent dans les affaires et ceux qui échouent?

Ce n’est pas l’argent qu’ils investissent dans leur affaire ou leur origine sociale…

Ce n’est pas leur niveau d’éducation…

Ce n’est pas leur cercle de connaissances…

La plupart des gens qui réussissent vraiment ont une chose en commun…

Ils savent vraiment ce qu’ils veulent, ils se créent des objectifs et font tout pour les mettre en œuvre.

Vous voyez, les gens qui réussissent n’attendent pas que les choses leur tombent du ciel… ils font en sorte que les choses arrivent et que de bonnes choses leur arrivent.

Comment peut-on savoir me direz-vous ce que sont ces « bonnes choses »

J’aime à dire que « la route de la réussite est semée de bonnes choses ».

Je sais que je prends des libertés avec un célèbre dicton. Mais je ne pouvais m’en empêcher…

Et en plus, ce que je dis est vrai.

Pour atteindre vos objectifs, il faut d’abord que vous en ayez. Et ils doivent être parfaitement clairs. Car si vous ne savez pas où vous allez, comment peut-on savoir où vous vous arrêterez ?

Tout cela est logique, n’est-ce pas ? Il est incroyable de constater que bon nombre de personnes ne suivent pas cette règle élémentaire quand ils démarrent ou développent une activité professionnelle.

Dès lors où vous savez où vous voulez aller, il est beaucoup plus facile d’élaborer une feuille de route pour aller d’un point A (là où vous êtes actuellement) à un point B (là où vous voyez votre activité professionnelle dans le futur).

Voici un exemple simple. Vous voulez gagner plus d’argent. Posez-vous les questions suivantes… De combien de clients ai-je besoin ? A quelle fréquence ? Quel est mon client idéal et pourquoi ? Où puis-je le trouver, que souhaiterait-il acheter et pourquoi ? Quelles devront être mes ventes pour atteindre mes objectifs financiers ?

Allons  maintenant un peu plus loin…

Imaginez à quoi ressemblera votre activité professionnelle une fois que vous aurez atteint votre objectif. Aurez-vous plus de salariés ou un responsable ? Développerez-vous de nouveaux produits ou services ? Aurez-vous des locaux plus grands ou plus de repos ? Que ferez-vous avec l’argent supplémentaire généré ?

Quel que soit l’objectif final, essayez d’imaginer chaque détail. Vous êtes à mi-chemin.

Voilà qu’arrive désormais la partie la plus importante…

Ecrivez vos attentes MAINTENANT.

Et ne dites pas que vous le ferez plus tard (c’est ce que font beaucoup trop de personnes… et souvent d’ailleurs ceux qui échouent). Prenez immédiatement un crayon et un morceau de papier !

Vous n’avez pas besoin de lister tout ce qui vous passe par la tête. Ecrivez une phrase d’une ligne comme par exemple : « Je veux accroître mes ventes, plus 30 ventes par semaine, au moyen d’une newsletter et de mon site Internet pour atteindre 3000 euros par semaine ». C’est ça. C’est enfantin, non ?

Faites maintenant une liste des moyens que vous allez choisir pour faire de votre objectif une réalité. C’est la base d’un bon plan d’actions.

Le simple fait de faire ce petit exercice est souvent suffisant pour démarrer.  Vous pouvez désormais prendre vos décisions en matière de ventes et de marketing avec cet objectif en tête.

Pour résumer, à chaque fois que vous devez prendre une décision professionnelle vous pouvez (et devriez) vous demander : « Est-ce que cette décision me rapproche de mon objectif ou est-ce qu’elle m’en éloigne ? ». Si elle vous en rapproche,  c’est que vous êtes sur le bon chemin… celui des « bonne choses » !

 

Et vous, pour réussir professionnellement, avez-vous un plan d’actions correctement formulé? 

 

concurrence proposition unique de vente PUVSavez-vous analyser la concurrence? Connaissez-vous le secret pour créer une PUV qui vous démarque de vos concurrents?

Si vous avez fait des études de marketing, il y a des chances pour que vous connaissiez la notion de Proposition Unique de Vente ou PUV. Avoir une PUV forte est essentielle pour que votre activité commerciale soit efficace.

Vous voyez, c’est votre « PUV » qui vous démarque de la concurrence.

C’est la raison pour laquelle on choisira de faire des affaires avec vous plutôt qu’avec le voisin.  C’est aussi la raison pour laquelle un client pourrait acheter votre produit ou votre service plutôt que celui d’un autre.

Si vous ne pouvez pas expliquer à vos prospects en quoi votre offre est différente – voire meilleure – que celle de la concurrence, rien ne les incitera à acheter votre produit si ce n’est le prix. Et le prix n’est pas un bon critère pour se démarquer. Car, grâce à Internet, il y a presque toujours quelqu’un qui propose un produit moins cher que le vôtre.

Malheureusement, beaucoup de créateurs d’entreprises ne savent pas ce qui rend une PUV efficace. Ils se focalisent sur une « PUV » qui n’en est pas vraiment une.

Laissez-moi vous donner un exemple…

L’un de mes clients est chiropracteur. Avec six cliniques de chiropratique dans un rayon de trois kilomètres, il a réellement besoin de se démarquer du médecin situé juste en bas de sa porte.

J’ai donc organisé un brainstorming avec mon client et son personnel pour déterminer en quoi leur offre se différenciait de la concurrence.

Au cours de la réunion, ils ont évoqué les points suivants :

* Des horaires souples

* Appareil à rayons X présent sur place

* Bon accueil, atmosphère  détendue

* Manipulations pour tout âge

* Facilités de paiement

* Les urgences sont traitées le jour même

* Personnel plaisant

* Le chiropracteur a 12 ans d’expérience

* Masseur disponible sur place

Mon client était bien sûr convaincu que grâce au confort qu’il proposait et à son expérience il était un professionnel unique que les clients choisissaient plutôt que ses concurrents. Dans un sens il n’avait pas tort.

Mais dans l’autre sens…

Aucun des points listés lors de la réunion ne le différenciait des autres chiropracteurs. Il ne se démarquait tout simplement pas de la concurrence.

Comment le savais-je ? J’avais tout simplement passé une heure à faire une analyse toute simple de la concurrence.

J’avais appelé toutes les autres cliniques du coin en leur posant une petite liste de questions et en consultant leur site Internet et leur publicité dans les Pages Jaunes. J’avais ensuite compilé toutes ces informations sur une simple feuille.

Quel résultat en avais-je tiré ?

Je pouvais clairement dire que tous les points que mon client considérait être comme des différences par rapport à la concurrence ne l’étaient pas. En réalité, tous les chiropracteurs que j’avais consultés proposaient les mêmes services et communiquaient de la même manière.

Que se serait-il passé si je n’avais pas pris le temps d’étudier la concurrence? Nous aurions dépensé du temps et de l’argent à mettre ses services sur le marché sans que son activité se démarque de celle des autres.

Analyse la concurrence est un outils très précieux  qu’il convient d’utiliser pour créer une PUV conduisant à un marketing efficace. Finalement, ce n’est qu’en sachant ce que les autres proposent que vous saurez si ce que vous proposez est unique.

Vous pouvez utiliser cette technique pour connaître toutes les informations qui peuvent avoir un fort impact sur votre marketing… et donc sur votre réussite.

 

Comment faire votre propre analyse de la concurrence et créer votre PUV?

1) Commencez par créer une feuille qui regroupe toutes vos données (sur papier ou sur Excel).

2) En bas de la page, à gauche, écrivez le nom de vos concurrents. Si vous ne les connaissez pas, faites une recherche rapide sur Internet ou dans l’annuaire.

3) Inscrivez tout ce qui, selon vous, caractérise leur PUV,  ajoutez des colonnes pour dresser la liste de leur produits et/ou des services qu’ils proposent, leurs horaires d’ouverture, leur domiciliation, leurs spécificités, les garanties qu’ils proposent, leurs offres spéciales, leur expérience et leur PUV (si vous parvenez à la définir).

4) Allez sur les pages des sites de vos concurrents, prenez leur numéro de téléphone et appelez-les en leur posant quelques questions et en obtenant une documentation publicitaire ou commerciale.

Après avoir terminé de remplir votre feuille de renseignements, vous devriez être en mesure de voir en un coup d’œil ce qui vous démarque des autres. Dès que vous connaissez votre PUV, assurez-vous de le faire figurer sur tous vos supports marketing ou publicitaires. Vous serez bientôt connu pour ce qui vous rend unique, les gens se battront pour obtenir ce que vous pouvez leur offrir.

 

Et vous, avez-vous défini une PUV, Proposition Unique de Vente

 

stratégie marketingUne bonne stratégie marketing constitue le coeur de toute entreprise à succès. Mais comment choisir la stratégie marketing qui vous correspond le mieux?

Si vous êtes à la tête d’une petite entreprise, il y a des chances pour que vous vous soyez déjà aperçu que vos possibilités de stratégie marketing sont sans fin.

Vous pourriez:

  • mettre un encart publicitaire dans une revue locale ou nationale,
  • créer un nouveau site Internet,
  • réaliser une brochure,
  • organiser un concours, un événement,
  • collaborer à une publication,
  • avoir des stylos à votre nom,
  • rédiger des ebooks,
  • tourner des vidéos,
  • organiser des téléconférences,
  • créer un dossier de presse…

Bref, vous fourmillez d’idées.

Certains parmi vous restent d’ailleurs paralysés… Vous ne faites rien car vous ne savez pas quelle stratégie marketing choisir.

Il peut aussi vous arriver de choisir une stratégie marketing pour de mauvaises raisons, vous n’obtenez pas ainsi les résultats escomptés. Ce n’est pas parce c’est bon marché ou que vous avez eu une opportunité par une connaissance que votre activité va croître.

Autrefois j’avais un client devenu accro au marketing bon marché, comme certaines femmes peuvent être accro aux achats compulsifs. Peu importe qu’elles en aient besoin ou pas tant que le prix convient. On veut économiser de l’argent en menant des opérations de marketing “sans frais ou bon marché” qui ne donneront pas de bons résultats. J’ai aussi une cliente qui veut exploiter toutes les opportunités qui se présentent à elle. On lui propose un nouveau système de panier d’achat sur Internet et elle est prête à faire des achats.

 

Alors comment choisir les meilleures stratégies marketing pour votre entreprise ?

Au lieu de décider en fonction du prix, de la commodité de l’opération ou parce que vous avez l’habitude de le faire, vous devez penser à vos objectifs, aux résultats que vous escomptez, aux frais que vous engagez réellement et aux gains possibles.

Vous n’en êtes pas persuadé ? Essayez et utilisez la petite liste de questions ci-dessous pour vous aider à faire de meilleurs choix. A chaque fois qu’une nouvelle opportunité marketing se présente à vous, demandez-vous :

1) Est-ce que cette opération marketing est en lien avec mon client idéal et ma cible de marché ?

2) Est-ce cette opération m’aidera à atteindre mon objectif final ou le résultat escompté ?

Si vous répondez non à l’une de ces questions, arrêtez immédiatement cette opération marketing. Si vous répondez oui à ces deux questions, vous pouvez dès à présent calculer vos coûts.

 

3) Quel est l’investissement financier nécessaire à cette opération ?

4) De combien de temps ai-je besoin pour mener à bien cette opération ?

Ajoutez maintenant 1/3 de temps supplémentaire à celui estimé, puis multipliez le nombre d’heures par votre taux horaire pour calculer le coût du temps passé.

 

5) Aurai-je besoin des services d’un professionnel comme un imprimeur, un graphiste pour mener à bien ce projet ?

6) Si c’est le cas, quel en sera le coût ? Vous ne le savez pas ? Renseignez-vous et demandez des devis.

7) Est-ce que j’aurai le temps de le faire ou devrai-je y passer des nuits ? Si vous devez travailler tard, comptez le temps passé puis ajoutez-y la moitié du temps et multipliez ce temps total par votre taux horaire.

Additionnez maintenant ces coûts et posez-vous les questions suivantes…

8) Est-ce que cela rentre dans mon budget ?

9) De combien de nouveaux clients ai-je besoin pour rentrer dans mes frais (Divisez le montant total par le gain moyen apporté par chaque nouveau client) ?

10) Est-ce réalisable ?

 

Si vous avez répondu à toutes ces questions, vous devriez désormais pouvoir correctement estimer les coûts financiers réels de cette opération ainsi que le retour sur investissement (ROI). Vous savez maintenant si cette opération vaut la peine d’être menée ou non.

Ne prenez jamais une décision marketing en tenant compte uniquement du coût ou de la commodité de l’opération. Car après tout, qu’est-ce qui coûte le plus cher : une campagne à 5.000 euros qui vous rapporte 20 nouveaux clients qui dépensent chacun 300 euros (profit net de 1 000 euros) ou une publicité « gratuite » qui vous coûte 800 euros et qui ne vous apporte aucun client ?

Vous seul décidez de la bonne stratégie marketing.

 

Et vous, comment vous y prenez-vous pour élaborer votre stratégie marketing?

 

création de newsletterDe nos jours la newsletter est devenue l’un des moyens incontournables pour réussir son marketing en ligne. Selon une enquête récente menée par la société Constant Contact – citée dans le Wall Street Journal -, 36% des entreprises affirment que la newsletter est tout simplement le meilleur support pour vendre.

Une newsletter vous permet d’entretenir des liens réguliers avec votre client, c’est un support qui permet de véhiculer des informations utiles et de vérifier que le destinataire en a bien pris connaissance.  Mais il s’agit d’un moyen de communication très spécifique et peu de graphistes connaissent les subtilités nécessaires pour réaliser une newsletter efficace.  Vous ne me croyez pas ? Alors faites ce test : demander à un web designer s’il est capable de concevoir votre newsletter. Il va sûrement vous répondre « Bien sûr ! Je n’en ai encore jamais conçu, mais ça ne doit pas être bien difficile. »

Une bonne newsletter – comme un bon ouvrage – se comprend facilement, son contenu est ciblé, bien écrit et bien présenté. De plus, les statistiques actuelles montrent qu’une newsletter est consultée en moyenne durant 51 secondes.

Une « newsletter » doit donc être conçue pour pouvoir se lire sur tout type d’écran, de plate-forme et par toute application informatique qui utilise son propre langage comme le html. Vous trouverez ci-dessous quelques conseils pour écrire, concevoir et diffuser votre newsletter.

1. Allez à l’essentiel

Tenez compte de vos lecteurs et du nombre d’e-mails ou de messages publicitaires qu’ils reçoivent quotidiennement. Tout comme vous votre lecteur veut du contenu. Et c’est maintenant qu’il le veut. Ne lui faites pas perdre de temps.

2. Faites que votre contenu soit actuel, exact et percutant

Lors d’un sondage réalisé récemment auprès de lecteurs à qui on a demandé ce qu’était selon eux une newsletter utile, les réponses les plus fréquemment citées étaient : des informations liées à leur propre entreprise ou à leur secteur d’activité professionnel en général (réponse donnée par 2/3 des lecteurs),  des renseignements sur un prix ou un achat, goûts personnels, hobby et événements, dates importantes. La clé d’une newsletter efficace : un contenu utile.

3. Evitez les images trop lourdes

Des images trop lourdes et inutiles ralentissent le système informatique de votre destinataire. Avant d’ajouter une photo de 500 KO de votre siège social, demandez-vous si votre lecteur en a vraiment besoin.

4. Utilisez les liens sans modération

Les liens sont importants : proposez à votre lecteur un sommaire court et des liens vers des articles plus complets. Une newsletter longue avec beaucoup de texte que l’on doit faire défiler sur l’écran est la plupart du temps supprimée sans être lue car le lecteur a l’impression de perdre son temps. Adaptez les liens au contexte de votre texte pour qu’ils soient fluides et dites à votre lecteur vers quoi ils renvoient en utilisant des liens comme par exemple « Voir l’article complet »  ou « Pour en savoir plus » plutôt que « Cliquez ici ».

5. Faites en sorte que votre newsletter se lise facilement

Un utilisateur passe en moyenne moins d’une minute à lire une newsletter. Faites en sorte que votre lecteur utilise ce temps à bon escient en lui proposant des titres clairs et utiles et des paragraphes qui puissent se lire facilement.

6. Utilisez une mise en page claire, simple et fonctionnelle

Organisez vos informations par une mise en page facile. Utilisez des outils fonctionnels comme une table des matières, des paragraphes clairs et un pied de page avec des informations pour se désabonner. Utilisez une présentation simple, rappelez-vous que votre newsletter restera à peine une minute sur l’écran de l’ordinateur de votre lecteur, ce n’est donc pas le moment d’expérimenter un nouveau système de navigation.

7. Connaissez les Limitations de la Technologie actuelle

Durant ces dernières, on a recouru la plupart du temps au html et au CSS. Mais vous savez quoi ? Les tables sont de retour. Elles permettent une présentation aussi élégante que le CSS tout en ne dégradant pas le document web et en ne ralentissant pas l’utilisation d’Internet. Les tables sont jusqu’à aujourd’hui le seul moyen de coder la disposition d’une newsletter informatique. On ne recourt au CSS que pour le texte.

8. Ne soyez pas trop fantaisiste

N’utilisez le Flash que lorsqu’il est utile. Les applications actuelles savent que Flash risque d’apporter un virus et elles peuvent le bloquer. Mettez l’accent sur le message que vous voulez faire passer et exprimez-vous aussi clairement que possible.

9. Recourez à des professionnels de l’envoi en ligne

Certaines entreprises comme iContact.com permettent à leurs utilisateurs de nombreuses options et fonctions et un suivi comme le nombre de connections, des liens… Certains proposent ces services à des tarifs très bon marché.

10. Testez-là, testez-là et retestez-là

Avant d’envoyer votre newsletter à vos destinataires, envoyez là à vos collègues, vos amis, votre belle-mère, votre correspondant en Suède… bref, envoyez là à tous ceux qui pourront donner leur avis sur votre newsletter.

11. Faites appel à un professionnel

Faire réaliser sa newsletter par une agence, voilà une bonne idée. Certaines agences sont spécialisées dans ce type de communication. Elles peuvent rapidement créer une forme qui attirera l’oeil de votre lecteur. Une fois la forme faite, vous pourrez vous concentrez sur le fond.

 

N’hésitez pas à me dire ci-dessous ce que vous pensez de la création d’une Newsletter efficace.

 

atouts marketingPour attirer plus de clients, vous devez mettre vos atouts marketing en avant afin que vos prospects tombent en amour de vos produits et services.

Lors d’une fête ou autre évènement social, vous est-il déjà arrivé de surprendre une discussion à propos d’un sujet important pour vous ou qui vous intéresse et de vous joindre à la conversation?

Qui ne l’a jamais fait? Tout le charme des évènements sociaux est de pouvoir avoir des conversations agréables. Et qui sait… vous pourriez apprendre des choses ou vous faire de nouveaux amis.

À l’opposé, il vous est peut-être arrivé de vivre l’expérience moins agréable de discuter d’un sujet passionnant et que quelqu’un (généralement bruyant et odieux) vienne interrompre vous interrompre avec des commentaires complètement hors sujet. Il arrive même que le sujet en soit totalement détourné.

Et qu’arrive-t-il ensuite? Tout le monde cherche une excuse pour s’en aller le plus vite possible.

Évidemment,  dans chaque fête décente, il y a aussi la personne qui passe son temps à parler d’elle-même, de ce qu’elle fait, à quel point elle est géniale, etc. etc. À vomir.

Il n’y a rien de plus ennuyant! À cause de ces personnes, vous vous sauvez aux toilettes ou vous vous précipitez pour aller chercher un autre verre.

Qui voudrait écouter des personnes dire n’importe quoi à propos de choses qui n’intéressent qu’elles? Or, c’est exactement ce que ces gêneurs font.

Ces anecdotes semblent indéniables, non? C’est parce que nous sommes tous passés par là.

Ce que la plupart ignore c’est que les publicités peuvent avoir le même effet sur les affaires. Elles peuvent être rédigées comme une conversation intéressante à laquelle les gens voudront participer… ou comme un monologue arriviste, odieux ou ennuyant qui fait fuir les autres.

Voila le secret…

Quand vous vous installez pour écrire votre annonce publicitaire, vous devez vous imaginez en train d’avoir une conversation avec vos lecteurs.

C’est à vous de décider quel genre de conversation vous voulez avoir…

  • Si elle ressemble à vos publicités formelles, ennuyantes, égocentriques et traditionnelles, les gens ne s’arrêteront pas pour la lire.
  • Si elle ressemble à une description tapageuse, arriviste, dominatrice qui ne parle que de ce que vous jugez important, peu de personnes la liront également.
  • Mais si vous vous glissez dans la conversation, votre concept sera déjà entré dans leur tête, alors, si vous ajoutez un détail intéressant, utile ou précieux, ils voudront entendre tout ce que vous avez à leur dire.

Ainsi, ils liront votre publicité jusqu’à la dernière lettre. Ils finiront par vous apprécier vous et votre information. Dans le meilleur des mondes ils iraient même jusqu’à vous contacter.

Voila pour quoi les concepteurs-rédacteurs conseilles souvent d’écrire comme si on était en pleine conversation avec un bon ami.

Envisagez les choses sous cet angle…

Il est peu probable que vous tentiez d’imposer votre point de vue à vos amis (sinon vous n’en auriez pas beaucoup). Mais, au contraire, si vous pensiez avoir trouvé une solution qui les aiderait à résoudre un problème, à combler un désir ou un besoin, vous leur en parleriez certainement et vous leur expliqueriez exactement comment cette solution peut les aider et pourquoi.

C’est ce que vos publicités devraient faire elles aussi.

Alors la prochaine fois que vous rédigerez une publicité, une lettre de commerce, une brochure, un site Web ou quoi que ce soit d’autre, ne soyez pas ennuyeux ou arriviste. Essayez plutôt d’avoir l’air intéressant, intelligent, positif, comme une personne que vous auriez aimé rencontrer à une fête.

Insinuez-vous dans la conversation en laissant le lecteur savoir que vous comprenez d’où il  vient. Ensuite, proposez lui de bons conseils et dites lui comment obtenir plus d’informations sur votre produit.

Si vous avez du mal à le faire, enregistrer vous pendant que vous parlez de votre produit ou de votre service à un ami. Il suffira, ensuite, de retranscrire l’enregistrement, de le corriger légèrement et votre texte sera prêt.

Si vous parvenez à maîtriser cette technique, je vous garanti que les gens ne voudront pas vous laisser partir. Une fois qu’ils vous connaitront et auront confiance en vous, ils deviendront vos clients ou consommateurs, voire même vos fans inconditionnels.

 

Dites-moi ci-dessous ce que vous en pensez? Comment faites-vous pour attirer plus de clients et pour mettre vos atouts marketing en avant? 

 

stratégies publicitairesDernièrement, il est apparu que la plupart des chefs d’entreprise sont à la recherché d’une « arme secrète » publicitaire censée faire exploser leurs ventes et grandir leur entreprise. D’ailleurs, un grand nombre de personnes cherchent à leur en vendre une.

Malheureusement, n’envisager vos publicités que d’un point de vue tactique et essayer une stratégie ou une autre fera plus de mal que de bien… Dans ce cas, vous comptez entièrement sur la chance !

Cela revient à fourrer de la monnaie dans une machine à sous et à la rejouer encore et encore en espérant gagner quelque argent. Malheureusement, il est peut probable que les clients abondent à votre porte après un essai.

De plus, diriger une entreprise ce n’est pas comme jouer à une machine à sous. On ne peut pas se permettre de compter sur la chance.

À la place, vous avez besoin d’un plan spécifique et de stratégies pour que demain, votre entreprise soit plus grande qu’aujourd’hui. Vous devez pouvoir suivre vos résultats à la trace. C’est ainsi que vous pourrez continuer à améliorer vos efforts publicitaires.

En ne suivant pas ces conseils, dans le meilleur des cas, vous finirez par faire deux fois plus de travail pour obtenir un résultat moitié moins bon, ou dans le pire, votre entreprise va s’étioler et grandir trop lentement pour que puissiez atteindre les buts personnels et financiers que vous vous étiez fixé. Vous vous en souvenez ? Vous en aviez quelques-uns quand vous avez lancé votre affaire, non ?). En fin de compte…

Même les meilleures tactiques publicitaires ne pourront pas faire des miracles et faire grandir votre entreprise sauf si elles font partie d’une plus grande stratégie. Pour obtenir des résultats, vous devez exploiter de manière stratégique chaque élément marketing en un tout pour créer ce que j’appelle la « Masse Publicitaire Critique ».

C’est quand vos clients potentiels entendent votre nom et votre message si souvent, que votre publicité prend toute son ampleur. Très vite, la moitié des gens que vous rencontrez auront déjà entendu parler de vous. Et ceux qui ne vous connaissent pas encore comprendront rapidement qui vous êtes, ce que vous faites et pourquoi ils devraient acheter vos produits et pas ceux de votre concurrent.

Plutôt tentant non? Alors c’est que vous êtes près à laisser tomber les machines à sous et le gaspillage de votre argent pour financer vos différentes tactiques de publicité et de marketing, en espérant que la chance vous apporte des clients.

Cela veut également dire qu’il est temps de vous organisez un peu.

À fin de choisir les meilleures tactiques de marketing pour votre entreprise, vous devez connaître et prendre certaines choses en considération: le marché que vous visez, les buts de votre entreprise et des ventes, votre marque, la position du marché et la PUV (la Proposition Unique de Vente, USP en anglais, ou, la raison pour laquelle les clients devraient acheter chez vous), vos atouts et vos compétences et, enfin, le budget disponible par rapport aux possibles retours sur investissement.

Ça peut avoir l’air d’une tâche difficile, mais si vous avez déjà un plan de marketing ou d’affaire, vous devriez en connaître un rayon sur ces détails. Si ce n’est pas le cas, il est grand temps de commencer.

Une fois les détails réglés, vous n’avez plus qu’à appliquer la diligence requise pour vous assurez que votre publicité fera la bonne impression (renforcer votre marque) sur les bonnes personnes (les clients que vous visez).

Ensuite, il convient de faire quelques calculs pour être sûr que le plan que vous avez choisi rapportera plus d’argent qu’il n’a couté.

Bien sûr, même les meilleures stratégies marketing ne porteront pas leur fruit si elles sont mal rédigées. Ainsi, ne faites pas l’erreur de croire qu’il vous suffit de vous asseoir et d’écrire un slogan publicitaire, une lettre de commerce ou un site Web qui rapportent.

Soit vous devez apprendre l’art de la rédaction par vous-même soit vous devez engagez un concepteur-rédacteur qui fera le travail pour vous. Alors seulement, vous pourrez avoir foi en votre réussite.

 

Et vous, qu’en pensez-vous? Quelles sont vos stratégies publicitaires d’entreprise?

 

pouvoir de la publicitéAvez-vous déjà vécu cette expérience? Vous décidez de publier quelques publicités, d’envoyer des lettres commerciales ou de créer un nouveau site Web, alors vous passez des heures à vous creuser la tête pour savoir que dire.  Ensuite, vous passez encore plus de temps à concevoir la mise en page, ou bien vous déboursez une coquette somme pour qu’un infographiste le fasse à votre place.

Au final, vous êtes plutôt content du résultat et vous le dévoilez au monde. Qu’arrive-t-il?

Absolument rien. Ou, au mieux, pas grand chose. Toutes les personnes que vous espériez toucher avec votre concept ne vous contactent pas. Qu’avez-vous fait de mal?

Il y a de fortes chances pour que le problème réside dans la rédaction.

Vous vous demandez surement ce qu’est la rédaction (ou la rédac pour faire court)? Concrètement, la rédac c’est écrire à propos de ce que vous voulez vendre. Or, une publicité efficace est la clé de la réussite de votre affaire. En effet, quand vous n’êtes pas là pour parler à vos clients ou pour faire des affaires en personne, c’est le texte de votre publicité qui fait le travail à votre place.

L’ennui, c’est que la rédaction d’une publicité est totalement différente de n’importe quel autre genre d’écrits, et à l’extrême opposé de ce qu’on vous a appris à l’école.

Cette différence s’explique par le fait qu’un texte publicitaire efficace fait bien plus qu’informer et expliquer.

  • Il s’adresse directement aux désirs, aux besoins et aux problèmes du consommateur idéal.
  • Il appuie votre marque et la raison pour laquelle les clients doivent acheter chez vous et pas chez le gars au coin de la rue.
  • Il est rédigé de telle sorte que l’information se transmet rapidement aux lecteurs.
  • De plus, il convainc les consommateurs de passer une commande, d’appeler, de prendre rendez-vous ou de cliquer directement sur un lien.

Pour rédiger un bon message publicitaire qui remplisse toutes ces fonctions, il est nécessaire de s’y connaître un peu dans l’art et la science de la rédaction. Autrement, il n’est pas facile de développer des publicités qui captent l’attention des gens au premier regard, qui les fassent poursuivre leur lecture et leur donnent envie de prendre des renseignements ou d’acheter vos produits.

Heureusement, il existe quelques trucs simples que vous pouvez mettre à profit tout de suite et ainsi, améliorer votre texte publicitaire, et par la même occasion, les potentiels bénéfices découlant de tout votre matériel publicitaire. Ci-dessous, mes sept astuces préférées.

1. Capter leur attention. L’objectif du titre est de capter l’attention du lecteur et de lui donner envie d’en savoir plus. Dés lors, utilisez toujours des titres et des sous-titres dont vous tirerez des avantages et qui s’adressent directement aux souhaits, aux besoins, aux problèmes ou aux buts du consommateur. Évitez les jeux de mots mignons ou trop compliqués et donnez-lui une raison concrète de poursuivre sa lecture.

2. Écrivez comme vous parlez. Le meilleur des textes publicitaires se lit comme une conversation entre le lecteur et l’auteur et pas comme un manuel ou un mémoire. Testez le ton de votre texte en le lisant à voix haute ou en demandant à quelqu’un de le faire pour vous.

3. Soyez simple. C’est triste à dire, mais aujourd’hui, la plupart des publications sont du niveau de première ou de deuxième, au mieux. Et la dernière chose que vous souhaiteriez faire est de semer la confusion chez votre lecteur ou de le faire se sentir stupide. Ainsi, chaque fois que cela sera possible, utilisez un ou deux mots courts au lieu d’un long, par exemple, vous utiliserez « mieux » et non « préférable ».

4. Soyez bref. Écrivez des paragraphes et des phrases courts (18 mots ou moins pour les phrases et quatre à cinq lignes pour les paragraphes). Ne citez pas plus de trois produits dans une phrase ou un paragraphe. À la place, élaborer une liste de points qui attire le regard.

5. Ajoutez du peps à votre texte. Chaque fois que cela sera possible, privilégiez les verbes conjugués et évitez les verbes à l’infinitif. Par exemple: utilisez « agi » ou « agissant » au lieu de « agir », ou encore « saisi » ou « saisissant » au lieu de « saisir ».

6. Vantez les avantages. Il faut promouvoir les avantages, pas juste des caractéristiques, qui sont les détails spécifiques de votre produit ou de votre service: sa composition, sa vitesse, etc. Les avantages sont ce que ces caractéristiques peuvent apporter à vos consommateurs. Ils sont ce pour quoi ils devraient s’y intéresser ou vouloir ces caractéristiques. Voici une façon rapide de trouver des avantages: dresser une liste des caractéristiques de votre produit. Ensuite, pour chacune d’elles, mettez vous dans la peau du consommateur et demandez-vous, « Et alors? Qu’est-ce que ça va m’apporter? » La réponse que vous formulerez sera l’avantage de la caractéristique en question.

7. Incitez à l’achat. Ne vous attendez pas à ce que les lecteurs fassent le pas suivant. Ajoutez un « appel à l’action ». Invitez les clients à vous appeler, demandez leur d’envoyez un coupon, dites leur de cliquer sur un lien pour plus d’informations. Une fois que vous leur aurez demandé d’agir, facilitez leur la tâche… Ajoutez toujours vos coordonnées ou un lien juste à côté de votre appel à l’action, et ce, même si ça apparait déjà ailleurs sur la page.

 

Avez-vous d’autres astuces – non citées ici – pour votre rédaction? Qu’en pensez-vous? 

 

Récemment, je parlais avec un ami, rédacteur publicitaire en herbe, qui a du mal à trouver ses premiers clients. Il pense qu’il continue de foncer droit dans le mur parce qu’il n’a pas de portfolio avec des échantillons écrits. Mais en réalité, il n’a pas besoin d’un gros portfolio… Il doit juste mettre au point sa propre stratégie de marketing.

Vous voyez, il n’a même pas de carte de visite, encore moins de site Internet ou autre supports. Il met donc la charrue avant les bœufs (ce qui ne vous mène jamais bien loin).

—————————————————————-
En marketing, tout se joue sur les impressions…
—————————————————————-

Dans l’immédiat, étant donné qu’il n’a aucun outil marketing, il donne l’impression d’avoir tout juste débuté dans le métier.

En apparence, il n’y a rien de mal à cela. Excepté que s’il ne donne pas l’impression d’être un professionnel compétent, personne ne le prendra au sérieux ou ne lui confiera son argent. Et pourquoi le devraient-ils ? Sans carte de visite ou outils marketing, il apparait comme un débutant ou un amateur.

Or, il en a besoin pour convaincre les gens de l’engager.

Sinon pourquoi le paieraient-ils pour réaliser LEURS propres outils marketing ? De l’autre côté, si sa propre promotion parait haut de gamme, la plupart de ses clients potentiels ne demanderont même pas à voir son portfolio.

Cela semble terriblement évident, n’est-ce pas ?

—————————————————————-
Bon, en quoi cela vous concerne-t-il ?
—————————————————————-

Que vous lanciez votre entreprise, un nouveau produit ou que vous organisiez un événement, vous devez donner l’impression de savoir ce que vous faites dès le départ.

Autrement, personne ne dépensera son argent, durement gagné, pour vous.

Tâter le terrain avec quelques prospectus qui semblent être faits maison et des cartes de visite Vista Print gratuites (ou pire, pas de carte du tout), ça ne marche tout simplement pas.

Avec Internet, la concurrence est beaucoup plus développée qu’il y a 5 ans, et ce, dans tous les domaines. Il faut donc que tous vos outils marketing soient prêts et organisés avant que vous ne tentiez de vendre quoi que ce soit.

Autrement, il est assuré qu’un concurrent parviendra à donner une meilleure impression que vous.

Heureusement, faire bonne impression grâce à votre marketing n’est pas obligé de vous coûter les yeux de la tête. Utilisez juste mes …

—————————————————————-
10 bons plans pour donner une impression marketing professionnelle
—————————————————————-
[red_arrow_list width= »100% »]

  • 1) Avoir un logo graphique et sophistiqué est bien souvent surfait et cher. Mais l’image du nom de votre entreprise devrait être originale. Essayez de regarder les logos des autres compagnies (pas vos concurrents) pour dénicher une police de caractère qui renvoie une bonne impression. Ensuite, faites des recherches sur Internet pour trouver quelque chose de semblable et téléchargez-le sur votre ordinateur.
  • 2) Créez une belle carte de visite et faites-la imprimer par un professionnel. Vous ne savez pas comment faire ? Observez les cartes de visite d’autres personnes pour piocher des idées de mise en page ou utilisez un modèle dans Microsoft Publisher. Vous pouvez à présent avoir 500 cartes de visite imprimées numériquement pour seulement  19.99€. Si vous ne prenez pas votre entreprise suffisamment au sérieux pour au moins faire ça, une pénible route vous attend.
  • 3) Achetez un nom de domaine et d’hébergement sur pour environ 40€ par an. Créez ensuite ne fut-ce qu’une seule page Internet comprenant vos produits ou services et vos coordonnées. À moins que votre public cible ne soit des retraités, c’est indispensable.
  • 4) Reliez votre adresse email à votre nom de domaine pour que cela donne vous@votrenomdedomaine.com. Cela vous fait paraitre professionnel et attire les gens vers votre site Internet.
  • 5) Créez votre propre en-tête avec votre logo d’entreprise flambant neuf et vos coordonnées. Ensuite, ajoutez-le simplement à vos documents dans Microsoft Word et imprimez ce dont vous avez besoin. Et ne dépensez pas d’argent pour l’impression d’enveloppes coûteuses. Prenez un paquet d’étiquettes blanches avec adresse d’expédition et imprimez-en autant que nécessaire chez vous. La plupart des modèles d’étiquettes sont déjà disponibles sur Microsoft Word ou peuvent être téléchargés depuis le Web.
  • 6) Laissez tomber les brochures qui coûtent cher. Les feuilles uniques (par exemple des prospectus flamboyants), les articles et les fiches-conseils peuvent être facilement réalisés avec un en-tête ou avec votre logo sur le dessus et cela gagne en crédibilité. Ensuite, il vous suffit de les imprimer à domicile. Ou proposez leur téléchargement sur votre site.
  • 7) Connectez-vous. Les réseaux sociaux offrent une occasion facile et peu chère de commercialiser votre entreprise, d’augmenter votre crédibilité et d’attirer du monde vers votre site web. Choisissez-en quelques-uns tels que LinkedIn, Viadeo ou d’autres qui plaisent à votre marché cible, et créez un profil. Ensuite, assurez-vous d’inclure un lien renvoyant vers votre site.
  • 8) Faites-en sorte de pouvoir être contacté facilement. Incluez toujours votre numéro de téléphone, votre email et l’adresse de votre site sur tous vos outils marketing, et particulièrement sur vos cartes de visite. Enfin, utilisez  un téléphone portable ou faites installer une ligne téléphonique supplémentaire à votre domicile (souvent gratuitement) pour donner une impression de professionnalisme lorsque les clients appellent.
  • 9) Aucun talent de graphisme ? Trouvez quelqu’un qui en a. Sur le site www.elance.com, vous pourrez trouver de la main-d’œuvre à moindre prix. Ou alors, engagez un étudiant universitaire sur www.louerunetudiant.com. Si vous n’avez pas d’autre choix, utilisez les modèles proposés sur Microsoft Publisher ou Front Page.
  • 10) Cela semble évident, mais ayez toujours, toujours une apparence soignée. Si vous voulez que vos clients vous paient bien, vous feriez mieux d’avoir l’air de déjà bien gagner votre vie.

[/red_arrow_list]
Gardez à l’esprit que faire bonne impression à ses clients dès le départ est indispensable pour qu’ils se sentent confiants à l’idée de faire appel à vos services ou d’acheter vos produits. Si vous avez l’air d’un professionnel aguerri, vous serez traité en tant que tel, et cela signifie plus de clients et plus de ventes !

 

tactique marketingIl y a quelque temps, j’ai travaillé avec la propriétaire d’une petite entreprise qui entretenait une liaison amoureuse avec le marketing et la publicité de type « gratuit ou pas cher ».

De la même manière qu’une personne accro aux coupons de réductions, si ce n’était pas « gratuit ou pas cher », on ne l’y prenait pas. Et si ça l’était, vous pouvez parier qu’elle saisirait sa chance, peu importe l’opportunité.

Elle ne pouvait simplement pas s’en empêcher.

Elle a fait sa publicité sur un banc de cours de tennis pour la simple raison que cela ne coûtait que 150€. Elle avait une rubrique « gratuite » et une publicité dans le journal local d’une association parce que cela ne revenait qu’à 40€ par mois. Elle a assemblé un paquet pour qu’il soit distribué par quelqu’un d’autre à leurs clients car c’était « gratuit ».

Son objectif en faisant tout ça était de gagner de nouveaux clients immédiatement.

Vous comprenez, elle venait de lancer une nouvelle petite entreprise et avait un besoin urgent de clients. En outre, elle ne pensait pas pouvoir se permettre de faire quoi que ce soit d’autre. Résultat, elle a fini par dépenser des milliers d’euros sur de mauvaises idées.

Comment ça se fait ?

Et bien, le graphisme et la rédaction publicitaire pour le banc coûtait de l’argent. De plus, une publicité sur un banc fait plus slogan, du genre de toutes les pubs McDonalds ou Coca-Cola que vous pouvez voir. Ce n’était pas le type de marketing qui pousse quelqu’un à agir directement. Et donc, si elle avait besoin de nouveaux clients dans l’immédiat, le banc ne ferait probablement pas l’affaire.

Concernant la rubrique gratuite et la pub à 40€, et bien… Elle n’était pas écrivain. Elle dépensait donc quelque 150€ par mois pour que quelqu’un d’autre la rédige à sa place. En outre, elle payait pour la rédaction publicitaire et le graphisme de la publicité.

L’idée n’est pas mauvaise, si vous cherchez à gagner en notoriété et à bâtir une réputation d’expert avec le temps. Malheureusement, elle n’a pas vérifié le tirage du journal, ni où il était distribué et encore moins quel public était visé. Elle s’est ainsi retrouvée à promouvoir son entreprise à des personnes qui n’achèteraient jamais ce qu’elle vendait.

Le paquet était la meilleure chance d’attirer de nouveaux clients car il incluait une offre spéciale limitée dans le temps. Mais c’était loin d’être gratuit. Elle devait toujours payer la rédaction publicitaire, le graphisme, l’impression et les coûts du matériel. En plus, elle devait encore plier et assembler le paquet (il était assez sophistiqué). Au final, elle dépensait facilement plus de 750€ par mois pour du marketing et de la publicité « gratuit ou pas cher ».

Et vous savez le plus triste ? Rien de tout cela ne fonctionnait.

Et ce, parce qu’elle choisissait ses stratégies en se basant uniquement sur les coûts de départ sans chercher à savoir si celles-ci étaient adaptées à son entreprise ou si elles toucheraient son public cible. Ou si elle avait réellement le temps de les mener à bien. Et certainement pas si ces tactiques l’aideraient à atteindre son objectif principal : attirer rapidement de nouveaux clients.

Morale de l’histoire? Il n’existe pas de « publicité gratuite », et même la publicité bon marché ne l’est généralement pas.  Ne fondez donc pas vos décisions en matière de marketing et de publicité uniquement sur le coût de base.

Pour élaborer une bonne stratégie de commercialisation, vous devez réfléchir à vos objectifs, aux coûts réels et aux gains potentiels ou encore au retour sur l’investissement de chaque tactique.

Pas certain de savoir comment faire ? Essayez d’utiliser la liste de questions ci-dessous pour vous aider à prendre vos décisions.

 

1) Cette tactique me permettra-t-elle de me trouver face à mon client idéal ou mon public visé ?

 

 2) Cette tactique m’aidera-t-elle à atteindre mon objectif final ou le résultat voulu?

Si vous répondez par la négative à l’une de ces deux premières questions, arrêtez-vous là et laissez passer l’opportunité. Si vous avez répondu « oui » aux deux, alors il est temps d’évaluer le coût réel.

 

3) Quel est le coût de départ?

 

4) Combien de temps sera nécessaire pour tout mettre au point? 

À présent, ajoutez 1/3 de temps en plus à celui que vous estimez avoir besoin, ensuite multiplies le nombre d’heures par votre horaire pour calculer votre coût en heures.

 

5) Aurai-je besoin de recourir à des services professionnels tels que graphisme, impression ou rédaction publicitaire pour achever mon projet?

 

6) Si c’est le cas, combien cela coûtera-t-il pour que mon projet soit fini à la date prévue? Vous n’en êtes pas sur? Renseignez-vous et obtenez des estimations.

 

7) Ai-je le temps de le faire correctement, ou devrai-je passer une nuit blanche pour tout terminer?

Si vous devez travailler tard, comptez-le une fois et demie et multipliez ce temps par votre horaire.

Maintenant comptabilisez tous ces coûts et demandez-vous…

 

8) Est-ce que cela correspond à mon budget ?

 

9) De combien de nouveaux clients aurai-je besoin pour rentabiliser l’investissement ? (Divisez le coût total par le revenu moyen généré par un nouveau client).

 

10) Est-ce seulement possible, ou probable ?

 

À présent vous devriez avoir une idée assez précise des coûts réels de votre opportunité. Et je parie que c’est plus que ce à quoi vous pensiez quand cette publicité « gratuite ou pas chère », ce stand commercial, ou encore cette opportunité marketing ont pour la première fois croisé votre chemin.

Ce qui importe c’est que… vous ne devez jamais prendre de décision marketing en ne vous basant que sur le coût.

Après tout, qu’est-ce qui revient le plus cher : une campagne à 4000€ qui rapporte 20 nouveaux clients dépensant chacun 250€ (profit net de 1000€), ou une publicité « gratuite » qui vous coûte réellement 600€ mais ne vous rapporte aucun client ?

À vous de décider…

 

marketing entrepriseVous avez une idée géniale ou vous avez trouvé comment améliorer les choses. Vous êtes persuadé que certaines personnes feraient des pieds et des mains pour avoir ce que vous avez imaginé.

Il faut à présent créer votre affaire ou commencer à produire, n’est-ce pas ?

C’est faux!

Tout porte à croire que vous avez tout entre les mains pour réussir votre entreprise. Mais il faut franchir de nombreuses étapes pour connaître la fiabilité d’un projet professionnel. Et à moins que vous n’aimiez prendre des risques inutiles ou simplement jouer avec le feu, la plupart de ces risques doivent être mesurés avant de créer ou de vendre un produit.

L’une des étapes les plus importantes est de savoir s’il est facile (ou difficile) de mettre sur le marché et de vendre votre produit ou votre service. Puis il convient de trouver la meilleure façon de commercialiser votre produit, votre service ou votre idée.

Malheureusement, beaucoup trop de jeunes créateurs d’entreprise souffrent de ce que j’appelle le syndrome du rêve. Ils pensent que, parce qu’ils vendent un bien ou un service extraordinaire ou utile, les gens vont comme par enchantement se battre pour l’acheter.

« Il suffit d’offrir un produit pour que le consommateur soit au rendez-vous » n’est qu’un mythe qui fonctionne plus souvent dans les films que dans la réalité. C’est là qu’interviennent le marketing et la publicité.

Les gens doivent en effet connaître le produit que vous vendez et avoir une envie irrésistible de l’acheter ; si tel n’est pas le cas, ils ne l’achèteront pas. Et à moins que vous n’ayez la solution miracle pour attirer les clients devant votre porte et commencer à faire de l’argent, vos affaires ne décolleront pas.

Avant de vous lancer dans une nouvelle aventure professionnelle, il vous faut d’abord répondre à ces trois questions marketing :

• Qui est le plus à même de vouloir ce que je propose tout en souhaitant et en pouvant se l’offrir ?

• Comment puis-je au mieux (c’est-à-dire à moindre de coût et de manière efficace) contacter ces prospects et retenir leur attention ?

• Que dois-je faire, dire ou proposer pour les convaincre d’acheter chez moi ?

 

La meilleure façon de répondre à ces trois questions est de faire une petite étude de marché.

Tout d’abord, vérifiez si quelqu’un d’autre vend un produit similaire. Si personne n’en vend, c’est un signal vous alertant qu’il peut ne pas y avoir de marché pour vos produits et vos services.

C’est un bon signe d’avoir des concurrents. Mais il est important de savoir en quoi votre activité, votre produit et votre service se démarquent d’eux ou sont meilleurs que ce qu’ils proposent. Dans le cas contraire, il n’y aura aucune raison d’acheter chez vous plutôt que chez votre voisin.

Puis analysez votre marché cible potentiel. Déterminez qui est le plus à même d’acheter ce que vous vendez, pourquoi ils seraient intéressés, pour quelle raison ils décideraient de ne plus être client et comment vous pouvez les atteindre à moindre coût.

Si votre marché cible n’est pas suffisamment conséquent, s’il ne peut dépenser d’argent ou s’il vous sera trop difficile et couteux de l’atteindre, il vous faut alors repenser votre activité.

Retenez bien ceci : tout créateur d’entreprise doit faire du commercial et du marketing, qu’il aime le faire ou pas. Car c’est grâce à cela qu’il aura des clients. Et sans clients, pas d’activité professionnelle ; vous aurez juste un passe-temps onéreux qui vous demandera beaucoup de temps.

Ainsi, avant de passer du temps et de dépenser de l’énergie dans une activité professionnelle, assurez-vous que vous savez comment mettre votre produit sur le marché et que vous avez des clients potentiels. Si tout cela vous semble trop compliqué ou trop envahissant, ne perdez pas espoir.

Consultez quelques livres sur le sujet ou faites appel à un consultant avec de l’expérience dans le marketing. Quoique vous fassiez, n’oubliez pas le marketing. C’est l’une des choses les plus importantes pour créer une affaire qui marche.

 

Et vous, avez-vous défini votre stratégie marketing?

 

rester en contact avec ses clientsIl y a une règle très simple qui régit le succès de votre affaire: si vous ne restez pas en contact avec vos clients assez régulièrement, ils vont oublier qui vous êtes et en quoi vos produits sont si merveilleux. Une bonne façon de perdre des clients… Et de l’argent!

Laissez-moi vous donner un exemple…

Il y a un moment, je travaillais avec un client qui voulait déplacer sa liste d’e-mails vers un nouveau service de distribution de newsletters. Alors, déjà, déplacer une liste est EXTRÊMEMENT difficile. Il faut une grande coordination et de nombreuses étapes sont nécessaires pour s’assurer que tous ceux qui suivaient vos courriers continueront de les recevoir.

Même si vous le faites correctement – et donnez une bonne raison à vos clients de bouger et de se réinscrire sur votre nouvelle liste – vous allez probablement perdre environ 50% d’entre eux pour plusieurs raisons.

Imaginez ma surprise quand je me suis aperçu que moins de 20% des personnes qui figuraient sur la liste de mon client s’étaient inscrit sur la nouvelle liste! Au début, je ne comprenais pas ce que j’avais fait comme erreur. Ensuite j’ai fait une découverte intéressante… Comme mon client détestait son site et ne voulait pas que ses clients le visitent, il n’avait plus envoyé d’e-mails depuis plus de 6 mois!

C’était sans aucun doute une erreur mortelle!! Pensez-y un peu…

Mon client n’avait plus parlé à personne de sa liste depuis 6 mois, à moins que certains d’entre eux passent à son bureau. Donc, quand on a commencé à leur envoyer des mails pour leur demander de se réinscrire, la plupart des inscrits ne savaient probablement même plus de qui venait le mail. Et même s’ils s’en souvenaient, ils ne se souvenaient par contre plus pourquoi ils voulaient recevoir des mails de lui à l’origine!

Sans compter que, de nos jours, presque tout le monde a une boite mail surchargée, il n’y avait donc aucune raison pour qu’ils aient envie d’ouvrir ce mail d’une personne « inconnue »… Et encore moins de s’inscrire à sa newsletter. S’il avait continué à envoyer des mails régulièrement, ça ne serait pas arrivé.

Quelques mois plus tard j’ai rencontré le même problème, mais avec un courrier direct.

Comme mon client avait commencé à proposer un nouveau service super, on a commencé à envoyer des lettres à tous ses prospects actifs. Même si notre timing n’était pas le meilleur – les lettres ont été envoyées juste quand la crise économique s’étalait dans les journaux – on a eu 2% de réponses et aucune plainte.

Deux mois plus tard, on a envoyé les mêmes lettres à tous les patients inactifs, qu’il n’avait plus vus depuis un ou deux ans. Je n’ai pas été surpris de la réaction assez négative: au moins 10% des personnes qu’on avait contactées nous ont contactés pour demander à être enlevées de la liste!

Même promotion pourtant, mais une grosse différence…

Comme le deuxième groupe n’avait plus entendu parler de mon client depuis plus d’un an, ils n’étaient plus intéressés par ce qu’il avait à dire.

S’il avait donné régulièrement de ses nouvelles, ça ne serait pas arrivé. Je peux le dire avec certitude grâce à la réaction positive du premier groupe, avec qui mon client était resté en contact.

Désormais, ça ne se reproduira plus car nous avons commencé à envoyer une newsletter imprimée tous les mois. Mais il n’y a pas de doute: il a perdu beaucoup de clients dans cette histoire!

 

Que pouvez-vous faire pour rester en contact avec vos clients sans braquer la banque?

1) Créez un ezine.  Envoyez par mail une newsletter remplie d’informations utiles et engagez-vous à l’envoyer régulièrement. Au minimum tous les mois, mieux encore une fois toutes les deux semaines ou, le top du top: toutes les semaines.

2) Envoyez des cartes de félicitations inattendues. Bien sûr, une carte pendant les fêtes de fin d’année c’est le minimum. Mais ce n’est qu’une fois par an. Essayez d’envoyer des cartes lors d’occasions moins importantes comme la fête nationale, la saint valentin, etc. Ou même simplement pour le fun.

3) Décrochez le téléphone.  Je m’arrange pour téléphoner à mes clients au moins deux fois par an. Essayez, juste un petit coup de fil pour savoir comment ils vont, sans parler affaires. Ils seront agréablement surpris.

4) Faites des cadeaux.  J’adore envoyer des livres. Mais si c’est trop cher, vous pouvez toujours créer des rapports, des listes, des vidéos ou des feuilles de compte à télécharger gratuitement sur votre site.

5) Envoyez une newsletter imprimée.  Bien sûr, le prix de la poste continue d’augmenter. Mais c’est plus agréable que d’envahir les boites de réception de vos clients… Et de grandes cartes postales imprimées avec un article sont plus abordables qu’il n’y parait.

 

Quoi que vous décidiez de faire, soyez constant! Comme je l’ai dit au début, la clé, c’est d’être constant. Donc n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. Et si nécessaire, déléguez afin d’arriver au bout de vos tâches.

 

Avez-vous installé une newsletter sur votre blog? Comment vous y prenez vous pour rester en contact avec prospects et clients?

 

 

réseaux sociauxDernièrement, j’ai l’impression que tous les clients avec qui je parle veulent mettre tous leurs œufs dans le même panier. Si c’est vrai qu’Internet offre aux patrons un éventail de possibilités bon marché pour atteindre des milliers de personnes – et si presque toutes les affaires peuvent en profiter en l’utilisant correctement – ce n’est pas le seul moyen de faire avancer votre entreprise.

En fait, il y a plein d’options marketing bon marché et très efficaces qui ne sont pas basées sur Internet. Certains les considèrent démodées, mais ne faites pas la même erreur!

Selon moi, le meilleur moyen de promouvoir une affaire est d’utiliser à la fois des outils en ligne et des outils extérieurs à la toile. Je vais donc partager avec vous quelques unes de mes tactiques « démodées » préférées, et vous apprendre à les combiner avec de nouveaux outils pour faire décoller votre affaire!

 

1) La vieille méthode du coup de téléphone.

La vieille école: De nos jours, les gens ont soif de connections plus personnelles, plus profondes. Donc, décrochez votre téléphone et prenez contact avec vos clients. Non seulement ils apprécieront et s’en souviendront, mais ils pourraient même décider de vous engager ou d’acheter à nouveau chez vous.

La nouvelle école: Appelez ceux qui suivent vos produits en ligne, et assurez-vous qu’ils n’ont pas de questions. Ou utilisez une campagne d’e-mails pour promouvoir un nouvel évènement ou programme, et établissez ensuite une « session stratégique d’appels » pour voir s’il y a des intéressés. Vous pouvez aussi utiliser des cartes de crédit pour alimenter un compte paypal ou un autre fournisseur.

 

2) Le bon vieux courrier direct.

La vieille école: Envoyez une lettre pour promouvoir un produit, un service ou un évènement et laissez votre numéro de téléphone en précisant qu’on peut vous appeler pour avoir plus d’informations ou pour acheter le produit.

La nouvelle école: Envoyez une lettre pour promouvoir un produit, un service ou un évènement et laissez l’adresse de votre site Web pour plus d’informations ou pour acheter votre produit. Ou, encore mieux, envoyez avec votre lettre de promotion un code à entrer sur votre site Web, et assurez le suivi en utilisant des systèmes de mails auto répondants.

 

3) La chère newsletter imprimée.

La vieille école: Une newsletter imprimée – qu’il s’agisse d’une grande carte, d’une simple feuille, ou d’une brochure – reste un bon moyen de garder l’attention de vos clients et de rappeler à quel point vous pouvez être utile.

Ce qui est bien, c’est que vous êtes sûr d’atteindre votre cible, il n’y a pas de risque que ça finisse dans un filtre à spams ou dans une boite de réception déjà remplie. Donc vous aurez plus de chance d’être remarqué et lu. En plus, vous n’avez pas besoin de permissions, contrairement à une newsletter par mail.

La nouvelle école: Utilisez les articles de votre ezine ou de votre blog dans vos newsletters imprimées  afin de ne pas devoir en écrire d’autres. Et ajoutez un lien URL vers votre site web ou votre blog pour que vos lecteurs aient accès à plus d’articles, et avec un peu de chance ils s’inscriront à votre ezine!

 

4) Votre carte de visite de base.

La vieille école: Créez des cartes de visite avec votre nom, votre logo, les informations pour vous contacter. Ensuite distribuez-la à tous ceux que vous croisez. Pour tirer un plus grand avantage de vos cartes de visite, pensez à utiliser le verso. Vous pouvez y inscrire vos services, des conseils, ou tout ce qui peut servir à promouvoir votre affaire.

La nouvelle école: En plus de vos informations habituelles, ajoutez un lien vers votre réseau social, afin que vos clients puissent vos retrouver sur Twitter, Facebook etc. Et allez plus loin encore: proposez un téléchargement gratuit. Demandez en échange les noms et adresses mail, et gardez le contact par e-mail.

 

5) Les réseaux traditionnels.

La vieille école: Les réseaux directs sont toujours un bon moyen de faire grandir une affaire, de tester de nouvelles promotions, produits et services, de vous faire valoir. Mais n’oubliez pas qu’il s’agit avant tout de construire de nouvelles relations et d’aider les autres. Il faut attendre un peu avant d’essayer de vendre ses produits! (Ce n’est pas vraiment différent d’un réseau social en ligne, au fond).

La nouvelle école: Profitez de l’occasion pour agrandir votre liste de mails en proposant des cadeaux spéciaux. Si des clients intéressés vous donnent leur carte de visite, écrivez un astérisque dessus et ajoutez-les à votre liste de newsletter en rentrant.

 

Et vous, à quelle école appartenez-vous? Comment vous y prenez-vous pour développer votre affaire? Quels sont les réseaux qui vous aident?